dimanche 11 juin 2017

Syndrome à Stockholm

Photo : FFF.fr
Tu peux bien essayer de te cacher Didier, mais tôt ou tard : demain, dans 50 ans ou tout de suite, quand chacun réouvrira le grand livre du football, à chaque fois il lira qu'un soir de juin 2017, pour un déplacement faussement piège en Suède à l'occasion des éliminatoires du Mondial 2018, l'équipe de France que tu dirigeais avait comme titulaire sur l'aile droite Moussa Sissoko. Ce dernier, qui ne peut être autre chose qu'un choix par défaut, joua tout le match pendant que le feu follet Ousmane Dembele resta sur le banc quasiment tout le match, ne dégourdissant ses précieuses jambes que pour un échauffement sans suite, et ne pu que constater - comme tous les fans des Bleus - la défaite improbable et inacceptable des siens (2-1). Sur cette page in fine ternie du grand livre du football, il apparaîtra également que Moussa Sissoko, 27 ans, avait réalisé une bien piètre saison dans son nouveau club Tottenham (34 matches, 12 comme titulaire pour 1307 minutes jouées, 0 but, 4 passes décisives) tandis que le gamin Ousmane Dembele, tout juste 20 ans et transféré l'été précédent au Borussia Dortmund dans la difficile Bundesliga avait déjà tout explosé (49 matches, 37 comme titulaire pour 3389 minutes jouées, 10 buts, 20 passes décisives). Cette page ne restera peut-être qu'anecdotique à l'échelle de la qualification pour la coupe du monde en Russie, mais elle rappellera toujours que ce soir là Didier, à Stockholm, tu n'avais pas été à la hauteur de tes responsabilités. Une autre page pourrait évoquer le substitut Ngolo Kante, mais ça, c'est une autre page...