dimanche 4 décembre 2016

Qu'est-ce donc que le "Cocoricouacico" ?

Ce n'est rien de moins que le 232e affontement officiel entre le FC Barcelone et le Real Madrid qui s'est déroulé hier après-midi au Nou Camp (1-1). La rivalité des deux plus glorieux clubs espagnols est telle qu'elle a sa propre appellation : le célèbre "Clasico". Popularisé bien au delà des Pyrénées, le terme se décline pour présenter les prestigieuses affiches d'autres championnats. Le "Klassiker" allemand oppose le Borussia Dortmund au Bayern Munich, le "Superclasico" "argentin voit se défier les deux plus grands club de la capitale Buenos Aires, à savoir River Plate et Boca Juniors, et bien entendu le "Classique" à la Française constitue la sulfureuse affiche entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain.

Par extension et jeux médiatico-populaires, d'autres rivalités traditionnelles ou circonstancielles ont vu le jour. On peut penser à autre classique de la Ligue 1 depuis les années 2000 entre les deux clubs "olympiques" que sont Marseille et Lyon : l'"Olympico". En Bretagne, région comptant de nombreux clubs professionnels, la quête d'une identité propre à chaque derby bat son plein. On peut retenir que le Celtico est le duel entre l'En Avant Guingamp et le Stade Rennais. Totalement farfelu et incomparable est le "Synthetico", rencontre entre le FC Lorient et l'AS Nancy Lorraine, les deux seuls clubs professionnels français à jouer sur une pelouse... synthétique. L'appellation est devenue caduque depuis la réforme de la LFP interdisant les terrains synthétiques.

Chacun pouvant décliner à l'infini ses propres "classiques", voici venue l'heure du "Cocoricouacico". Ne pensez même pas à vérifier sur Google ou Wikipédia de quoi il peut bien retourner, cet intitulé n'a pignon sur rue que dans ces pages, dans ces lignes d'ailleurs puisqu'il n'avait encore jamais été usité jusqu'à ce jour. Cet intrigant Cocoricouacico est le match entre l'AS Nancy Lorraine et l'OM. Quels liens, points communs voire de divergence spécifiques peuvent-ils justifier une telle renommée, fusse-t-elle naissante ? C'est une question d'affinités, de passions toutes personnelles. A n'en pas douter, un joueur comme Tony Cascarino pourrait vous l'expliquer également, et pour mieux comprendre, vous n'aurez d'autre choix que d'un peu de lecture supplémentaire
Et donc ce Cocoricouacico c'est maintenant, puisque l'OM accueille Nancy cet après-midi à 17h au stade Vélodrome (faites votre pronostic ici). Les deux équipes sont en seconde partie de tableau. Si les Olympiens font régner la loi à domicile cette saison, ils restent laborieux et fébriles tandis que l'ASNL est sur une pente ascendante. Allez l'OM! Allez Nancy! Et aujourd'hui plus que jamais : que le meilleur gagne!!

Les deux enceintes mythiques du "Cocoricouacico"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mon avis sportif :