dimanche 10 juillet 2016

J23 - Prono FINALE : France - Portugal

COMMENT JOUER ?
=> Lisez le règlement ici

Conclure. Il ne reste plus qu'à conclure cet Euro 2016 par une victoire finale de l'équipe de France et un soulèvement du trophée par son capitaine Hugo Lloris. Dans le sanctuaire des Bleus qu'est le Stade de France, le plus capé des gardiens tricolores imiterait ainsi son sélectionneur actuel Didier Deschamps qui, il y a maintenant dix-huit ans, avait porté le trophée Jules Rimet dans le ciel de Saint-Denis pour ce premier - et unique - titre de Champion du monde. Ce serait par la même occasion le troisième titre continental des Bleus après l'euphorie de 1984 et la Platinimania, déjà à la maison, puis celui de 2000 à Rotterdam acquis autant dans l'adversité que la majesté. Pour se hisser à la hauteur des trois titres de l'Allemagne et l'Espagne, il faudra battre le Portugal.
Est-ce là l'adversaire idéal pour la France ? Quasiment. Moins prestigieux et talentueux que l'Espagne, moins puissant et technique que l'Allemagne et bien moins tactique et compliqué à manœuvrer que l'Italie, ce Portugal n'est pas un cador. Sortis troisième de leur poule (derrière la Hongrie et l'Islande) avec trois matchs nuls et donc aucune victoire, les hommes de Fernando Santos ont toutefois eu le mérite de serrer les boulons et garder de la fraîcheur physique ainsi que la lucidité nécessaire pour parvenir jusqu'en finale en éliminant tour à tour la Croatie (1-0 après prolongations), la Pologne (1-1, victoire aux TAB) et enfin le Pays de Galles (2-0). C'est ce qu'on appelle une montée en puissance, mais toujours face à des adversaires à sa portée ou tout juste de son rang. 
Face à la France c'est, et ce sera, une autre affaire. Les duels franco-portugais tournent exclusivement à l'avantage des Français... depuis quarante ans. En 24 confrontations, c'est un ratio hallucinant de 75% de victoires françaises (pour 5 défaites) dont certaines bien plus importantes que d'autres comme à chaque fois qu'il a fallu gagner... l'Euro. En 1984 et en 2000, systématiquement en demi-finale, les Bleus auront dû batailler farouchement pour se défaire de la hargne des Lusitaniens. Le match de Marseille en 1984, avec ce doublé de Jeff Domergue avant la mise à mort initiée par la générosité de Jean Tigana et inévitablement conclue par Michel Platini en prolongation (3-2), est inscrit dans le marbre. Moins mythique, la demie de 2000 imposa la maestria de Zinedine Zidane qui offrit la qualification aux Bleus par un but en or sur penalty en prolongations suite à la main furtive et fourbe sur sa ligne du défenseur aux cheveux décolorés Abel Xavier (2-1) (résumés vidéos plus bas). La demi-finale de la Coupe du monde 2006, des plus stressantes et indécises, avait également permis à l'équipe de France d'atteindra la finale (1-0) aux dépens de Luis Figo et ses partenaires.
Par ailleurs plus à l'aise offensivement et solide défensivement, la France est par conséquent nettement favorite de cette finale. Mais attention, pas mal de séries se sont interrompues durant cet Euro. A commencer celles des bêtes noires. La grande Allemagne avait toujours été incapable d'écarter son rival italien dans les grands rendez-vous ? C'est réparé après un quart de finale départagé aux tirs aux but. La France est toujours soumise devant son bourreau allemand ? Humiliation rectifiée lors de la demi-finale de Marseille il y a trois jours avec cette volonté de tous les instants de ne rien lâcher, rien donner aux Allemands (2-0). Tout est toujours possible puisque la fatalité n'a pas sa place dans le sport. 

Avec le retour de Pepe en défense centrale, la titularisation du jeune et futur prodige Renato Sanches au milieu de terrain et maître Cristiano Ronaldo en pointe, le Portugal est dans les meilleures conditions pour écrire la plus belle page de son histoire. On peut aisément imaginer la motivation accrue de l'attaquant du Real Madrid qui ne pensait peut-être pas, il y a tout juste un mois, se retrouver en aussi bonne posture pour non seulement franchir une étape providentielle dans la course au Ballon d'or mais surtout remporter un trophée inattendu et unique pour son pays (un trophée dont l'équivalent en Amérique du Sud n'a jamais été gagné par Lionel Messi avec l'Argentine). Sans compter que s'il marque ce soir face à la France sur le sol français, il destituera notre Platoche national de son incroyable record de 9 buts en phase finale d'un Championnat d'Europe des nations. Beaucoup d'enjeux pour CR7 sur cette finale. Trop peut-être. Aux Bleus d'en profiter. D'ailleurs ce sont eux qui détiennent les clés de ce match notamment par une plus grande aisance à créer du danger sur la défense adverse ainsi que des individualités plus performantes. Si Antoine Griezmann gardait son rythme des matchs précédents (il en est à 6 buts marqués, soit le deuxième meilleur total en un seul Euro), c'est lui qui ferait gagner son équipe et inverserait le rapport de force pour le Ballon d'or individuel. Cela n'est qu'anecdotique et c'est une fois de plus la capacité qu'aura eu Didier Deschamps à conditionner ses soldats qui fera la différence. Allons vers la légende...

Et maintenant, à vos pronostics! N'oubliez pas que vos messages doivent être publiés au plus tard cinq minutes avant le coup d'envoi de chaque rencontre, soit en commentaire non anonyme à ce message, soit sur Twitter #CocoEuro2016 (follow), ou encore sur la page Cocofacebook (like).





6 commentaires:

  1. ERRATUM: le plus capé des gardiens en équipe de France est Fabien Barthez (87). Lloris honorera sa 83e sélection ce soir contre le Portugal

    RépondreSupprimer
  2. Portugal 1-3 France TR Griezmann

    RépondreSupprimer
  3. Portugal 1-2 France TR Giroud

    RépondreSupprimer
  4. Méli-Mélo10/07/2016 20:47

    Portugal 0-2 France TR Griezmann

    RépondreSupprimer

Mon avis sportif :