dimanche 26 juin 2016

J15 - 1/8 : L'Allemagne et la Belgique au révélateur

COMMENT JOUER ?
=> Lisez le règlement ici

La Slovaquie (17e au classement FIFA) opposée à l'Allemagne (1e), c'est un peu David contre Goliath. Et pour cause. La toute jeune et frêle Slovaquie qui fait partie de ce clan conséquent de novices à l'Euro et qui découvre pour la seconde fois seulement de son histoire un match à élimination directe (après avoir été sortie au même stade par les Pays-Bas lors de la Coupe du monde 2010) défie ainsi l'Allemagne, véritable ogre continental avec ses treize participations (dont trois titres et autant de finales perdues). Mais le sport n'a que fiche de ce type de comparaison et la bande à Marek Hamsik, qui avait tout de même (et tant bien que mal) rivalisé avec l'Angleterre au tour précédent (0-0), pourra facilement s'inspirer de sa récente victoire sur les hommes de Joachim Low quand ils s'étaient imposés en terre teutonne 3 à 1 (après avoir été rapidement menés 0-1) en match de préparation à cet Euro fin mai. Voilà de quoi se rassurer de manière empirique. Les Slovaques devront toutefois et avant tout très bien défendre et contre-attaquer à la perfection (leur niveau de fraîcheur physique le permettra-t-il ?) pour espérer triompher de cette grosse Bertha qui n'est jamais aussi puissante que lorsque l'enjeu est fort. 

Pour différentes raisons, la Hongrie (42e) et la Belgique (2e) sont deux inconnues dont il est bien délicat d'étalonner la valeur actuelle. Pour ce match-là encore plus que n'importe quel autre, il est tout d'abord primordial d'écarter la théorie de la hiérarchie, farfelue cette hiérarchie, dictée par la FIFA. De ce que l'on a pu voir au premier tour, leur écart en terme de cohésion, intensité, conviction et équilibre est nul. La Hongrie s'est montrée plutôt constante dans ses efforts et résultats sur ses trois matchs, matant l'Autriche (2-0), peinant à revenir sur la solide Islande (1-1) et contrôlant le Portugal (3-3), mais son glorieux passé remonte à un millénaire et ses repères contemporains sont rarissimes. La patrie de Puskas, n'ayant plus participé à un tournoi majeur depuis trente ans (c'était à la coupe du monde mexicaine de 1986 et ils avaient été laminés par les Bleus en poule), sera-t-elle en mesure de se débarrasser de l'épouvantail belge, un adversaire qui lui a toujours causé du tort (deux victoires seulement pour huit défaites en douze oppositions) ? La réponse est certainement détenue par les hommes du sélectionneur Marc Wilmots. S'ils s'infligent le fardeau de la pression du favori, comme en ouverture contre l'Italie (0-2), puis face à la Suède malgré un succès obtenu difficilement pour ne pas dire contre le cours du jeu (1-0), les Hazard, Witsel et consorts risquent le pire. S'ils déroulent en revanche leur jeu collectif rapide et technique comme ils en ont été capables contre l'Irlande (3-0), l'issue de la rencontre devrait leur être favorable.

Et maintenant, à vos pronostics! N'oubliez pas que vos messages doivent être publiés au plus tard cinq minutes avant le coup d'envoi de chaque rencontre, soit en commentaire non anonyme à ce message, soit sur Twitter #CocoEuro2016 (follow), ou encore sur la page Cocofacebook (like).

Score final : 3-0 (Boateng)

Score final : 4-0 (Alderweireld)

2 commentaires:

Mon avis sportif :