vendredi 23 décembre 2016

Classement #CocoASNL2017 après la 19e journée (fin des matches aller)

Les positions à l'issue de Saint-Etienne - ASNL (0-0) : 


mercredi 21 décembre 2016

Rétro - 05/10/2012 : St-Etienne-ASNL (4-0)

Dans les pires moments de la sombre période Jean Fernandez en octobre 2012, l'ASNL- AS Nancy Lorraine avait explosé en 1/2 heure à ASSE - Association Sportive de Saint-Etienne (4-0) avec un doublé de Brandao et des buts de Hamouma et Aubameyang. Un bien triste souvenir à adoucir ce soir par une victoire #ASSEASNL

mardi 20 décembre 2016

J19 #CocoASNL2017 : Saint-Etienne - Nancy

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

Ce troisième déplacement de l'AS Nancy Lorraine en une semaine sera le dernier de l'année avant que les joueurs de Pablo Correa n'aient droit à quelques jours de repos pour les fêtes de fin d'année. Et pour que 2016 se finisse en beauté, il serait de bon aloi de ne pas annuler les effets positifs des derniers jours qui ont vu les Nancéiens se qualifier en Coupe de la Ligue... à Saint-Etienne (tiens, tiens !!) il y a une semaine (0-1), puis ramener un point presque décevant de Toulouse samedi en championnat (1-1). 
Les repères sont tout trouvés pour faire bonne figure à Geoffroy-Guichard : il suffirait d'imiter le match de mercredi dernier en étant efficace au moins une fois (Dalé avait marqué sur penalty) puis de tenir bon. Les Verts, qui ne sont pas dans leur meilleure forme actuellement et seront privés de leur gardien star Stéphane Ruffier (blessé) et de son suppléant Jessy Moulin (suspendu) peuvent s'inquiéter. Un nouveau succès nancéien dans le Forez hisserait le club au chardon tout en haut de la seconde partie de tableau. Ce serait là le plus beau des cadeaux de Noël alors que le premier trimestre de championnat fut apocalyptique.

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.


Classement #CocoASNL2017 après la 18e journée

Les positions à l'issue de Toulouse-ASNL (1-1), premier but de Youssef Aït Bennasser


vendredi 16 décembre 2016

J18 #CocoASNL2017 : Toulouse - Nancy

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

La qualification pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue acquise sur le terrain de Saint-Etienne mercredi soir (0-1), augure de la plus belle manière une semaine pré-trêve de Noël loin de ses bases pour l'ASNL. Avant de retourner de nouveau à Geoffroy-Guichard mercredi prochain pour le compte de la dernière journée des matches aller, les hommes de Pablo Correa ont rendez-vous au Stadium de Toulouse ce samedi soir. 
La tendance actuelle - ascendante pour Nancy, déclinante pour le TFC de Pascal Dupraz - peut rendre optimiste, mais il ne faudrait pas tomber dans l'excès de confiance, d'autant que les Toulousains restent sur deux succès à la maison et que l'ASNL est historiquement inoffensive quand elle est se déplace en Haute-Garonne (aucune victoire, 9 nuls, 12 défaites TCC). Il faudra toutefois prendra au minimum 1 point sur ces deux derniers matches pour ne pas ternir cette belle fin d'automne.

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#TFCASNL

vendredi 9 décembre 2016

J17 #CocoASNL2017 : Nancy - Angers

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

Dimanche dernier au stade Vélodrome, l'ASNL n'a pas existé contre l'OM (défaite 3-0). Quelques jours seulement après un flamboyant derby remporté 4-0, les Rouge et Blanc sont retombés dans la médiocrité, l’insignifiance même. Le mois dernier, ils avaient vécu un scénario similaire en étant laminés à Monaco (6-0) après une victoire pleine d'espoir contre Caen (2-0). Pour autant, les Pedretti & Co avaient su se relancer aussi sec face à Dijon (1-0). 
C'est le même cas de figure qui attend le groupe de Pablo Correa ce samedi à Marcel-Picot. Souhaitons le du moins. Si l'on sait Angers solide et difficiles à battre, ces derniers ne se montrent pas très sereins à l'extérieur (leur dernier succès en déplacement remonte à la mi-octobre à Bastia). Et n'oublions pas que nous avons quelques comptes à régler avec une équipe qui nous avait privés de l'accession en Ligue 1 il y a un an et demi.

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#ASNLSCO

dimanche 4 décembre 2016

Résumexpress : OM - ASNL (3-0)

Ligue 1 - J16 - #OMASNL ou le Cocoricouacico - Pour une fois dominateurs à l'extérieur sans pour autant gagner mercredi soir à Saint-Etienne (0-0), l'OM est obligé de battre Nancy pour enfin intégrer la première moitié de tableau - Lassana Diarra toujours en délicatesse physique est out - Garcia remplace Alessandrini par Njie et conserve son ossature habituelle avec Hubocan conforté au poste d'arrière gauche - Correa s'appuie essentiellement sur le groupe qui vient de terrasser Metz dans le derby lorrain (4-0) tandis que Chernik supplée dans les cages Ndy Assembé blessé - Coup d'envoi - Sur un premier ballon en profondeur de l'OM, Chernik sort tête en avant à la limite de sa surface. Le Biélorusse, plus vraiment habitué des moments chauds puisque il vit là sa première titularisation en L1, est télescopé par son capitaine Lenglet dont le coude lui lacère généreusement le cuir non chevelu. Quelques bandages et c'est reparti - Thauvin l'unijambiste s'excentre sur son pied gauche mais sa frappe est trop croisée - Les Nancéiens ne savent déjà plus trop où ils en sont alors, avec deux ballons sur la pelouse... - Njie réussit un petit numéro pour s’immiscer dans la surface et sert Gomis qui réussit à tirer. Le ballon dévié par Chernik puis Diagne termine sur le poteau - Thauvin continue à mettre le feu et les défenseurs visiteurs prennent des courants d'air sur les montées de Njie et d'un Sakai à son aise - A l'image d'un Vainqueur impérial, le milieu de terrain olympien se régale face aux papys lorrains Diarra & Pedretti alors que N'Guessan est invisible - Dia commence à enchaîner un petit peu mais il est vite stoppé - Gomis de nouveau trouvé en pivot dans la boîte ça pue, mais Thauvin du droit ne trompe pas Chernik toujours vigilant malgré sa gueule cassée - Une demi-heure s'est écoulée et Marseille se relâche comme d'accoutumée. Il n'en faut pas plus pour que Cuffaut, dans le coup, centre au second poteau mais la reprise puissante de Puyo n'est pas cadrée - Diarra applique fort bien les consignes probables de Correa pour rester proche de l'adversaire et gratter quelques balles, mais il est bien le seul - Lopez s'essaie de loin mais Nancy tient le choc - MT (0-0) - 46' Y'a encore du monde à la buvette que Thauvin vient sublimement ouvrir la marque de ce qui pourrait être sa spéciale s'il était constant : frappe enroulée du gauche qui se loge dans la lucarne opposée avec l'aide du montant (1-0). Sur ce coup-là Badila s'est littéralement fait déposer - Chernik puis Pelé se mettent en évidence sur des sorties dans les pieds adverses - Lopez vs Diarra : un match dans le match entre le minot tout petit et l'ancien grand échalas - Épaule contre épaules ou geste illicite de Lenglet sur Lopez qui s'écroule dans la surface ? L'arbitre laisse jouer - Il a des misères ce Lenglet : après un pied haut de Lopez qui l'a effrayé, il prend une béquille de Pelé - Lopez, omniprésent pour lancer les offensives marseillaises vient frôler la lucarne - Aït Bennasser a remplacé Diarra mais il peine à se mettre dans le rythme - Les "up and under" de Njie en phase défensive, pfff... - Nouvelle grosse frappe de Thauvin mais Chernik démontre qu'il est prompt sur sa ligne - 80' Sur le corner qui suit, Gomis récupère le ballon, se débarrasse trop facilement d'un Lenglet attentiste, et envoie un missile légèrement détourné par Diagne, encore lui, mais cette fois avec l'effet inverse (2-0) - A dix minutes de la fin il est impossible d'envisager voir revenir une ASNL dépassée - L'expérience ne faisant pas tout, Pedretti est expulsé pour une semelle bien sale sur Lopez - Les radars ne l'ont pas vu, mais le régional de l'étape Robic est entré en jeu côté nancéien - Cet OM séduisant continue d'enchaîner les situations menaçantes et peut encore sévir - 93' Après plusieurs décalages à hauteur de la surface de réparation, Njie reprend sans contrôle et enroule une frappe du droit à terre qui laisse Chernik stoïque (3-0) - Coup de sifflet final - Supérieur dans tous les compartiments du jeu, individuellement et collectivement, et enfin réaliste, l'OM obtient une victoire convaincante qui lui offre la meilleure place de la saison... la 10e - Trop timide et intimidée, l'ASNL entérine le fait qu'elle n'aime pas les cadors face auxquels elle a tendance à tendre les deux joues (3 défaites, 12 buts encaissés sans en inscrire contre Lyon, Monaco et donc Marseille) - Ce n'est pas si grave car Pablo Correa connait les matches qu'il faut remporter. L'un d'entre eux s'annonce dès ce samedi où il sera question de s'imposer à la maison face à Angers

Thauvin a frappé le premier et l'ASNL ne reviendra jamais

Qu'est-ce donc que le "Cocoricouacico" ?

Ce n'est rien de moins que le 232e affontement officiel entre le FC Barcelone et le Real Madrid qui s'est déroulé hier après-midi au Nou Camp (1-1). La rivalité des deux plus glorieux clubs espagnols est telle qu'elle a sa propre appellation : le célèbre "Clasico". Popularisé bien au delà des Pyrénées, le terme se décline pour présenter les prestigieuses affiches d'autres championnats. Le "Klassiker" allemand oppose le Borussia Dortmund au Bayern Munich, le "Superclasico" "argentin voit se défier les deux plus grands club de la capitale Buenos Aires, à savoir River Plate et Boca Juniors, et bien entendu le "Classique" à la Française constitue la sulfureuse affiche entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain.

Par extension et jeux médiatico-populaires, d'autres rivalités traditionnelles ou circonstancielles ont vu le jour. On peut penser à autre classique de la Ligue 1 depuis les années 2000 entre les deux clubs "olympiques" que sont Marseille et Lyon : l'"Olympico". En Bretagne, région comptant de nombreux clubs professionnels, la quête d'une identité propre à chaque derby bat son plein. On peut retenir que le Celtico est le duel entre l'En Avant Guingamp et le Stade Rennais. Totalement farfelu et incomparable est le "Synthetico", rencontre entre le FC Lorient et l'AS Nancy Lorraine, les deux seuls clubs professionnels français à jouer sur une pelouse... synthétique. L'appellation est devenue caduque depuis la réforme de la LFP interdisant les terrains synthétiques.

Chacun pouvant décliner à l'infini ses propres "classiques", voici venue l'heure du "Cocoricouacico". Ne pensez même pas à vérifier sur Google ou Wikipédia de quoi il peut bien retourner, cet intitulé n'a pignon sur rue que dans ces pages, dans ces lignes d'ailleurs puisqu'il n'avait encore jamais été usité jusqu'à ce jour. Cet intrigant Cocoricouacico est le match entre l'AS Nancy Lorraine et l'OM. Quels liens, points communs voire de divergence spécifiques peuvent-ils justifier une telle renommée, fusse-t-elle naissante ? C'est une question d'affinités, de passions toutes personnelles. A n'en pas douter, un joueur comme Tony Cascarino pourrait vous l'expliquer également, et pour mieux comprendre, vous n'aurez d'autre choix que d'un peu de lecture supplémentaire
Et donc ce Cocoricouacico c'est maintenant, puisque l'OM accueille Nancy cet après-midi à 17h au stade Vélodrome (faites votre pronostic ici). Les deux équipes sont en seconde partie de tableau. Si les Olympiens font régner la loi à domicile cette saison, ils restent laborieux et fébriles tandis que l'ASNL est sur une pente ascendante. Allez l'OM! Allez Nancy! Et aujourd'hui plus que jamais : que le meilleur gagne!!

Les deux enceintes mythiques du "Cocoricouacico"

samedi 3 décembre 2016

J16 #CocoASNL2017 : Marseille - Nancy

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

Depuis la 10e journée - soit six matches de championnat - et l'arrivée de Rudi Garcia à la tête du staff technique du club, l'OM n'a inscrit que six points. Dans le même temps, l'ASNL, qui sortait d'une entame de saison désastreuse (dernier avec 5 points), a su réagir. A tel point qu'elle se classe virtuellement cinquième du championnat sur cette période. Les 11 points engrangés (3 victoires, 2 nuls, 1 défaite) lui permettent de devancer Bordeaux et Saint-Etienne et s'installer dans la roue de Lyon. Que d'honneurs.
Si sur le papier Marseille est mieux armé pour vaincre ce dimanche, d'autant que le stade Vélodrome réussit bien plus aux coéquipiers de Thauvin cette saison que la précédente (4 victoire, 3 nuls, 1 seul but encaissé), le favori de ce duel n'est peut-être pas celui que l'on croit. Sans se réfugier derrière des stats qui peuvent être en trompe-l'oeil (Nancy s'était imposé lors de sa dernière visite au Vélodrome (1-0)), les vertus de solidité et rigueur retrouvées par les Lorrains à l'extérieur - à Bordeaux (1-1) et Montpellier (0-0) -, en dépit du carnage subi à Monaco (6-0), laissent augurer une alternative à la défaite acquise d'avance. Faire douter des Marseillais en proie à une faiblesse (pour ne pas dire une impuissance) offensive sera la clé d'une bonne nouvelle.

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#OMASNL

lundi 28 novembre 2016

J15 #CocoASNL2017 : Nancy - Metz

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

Il est des matches qui valent bien plus que trois points. Les derbys sont de ceux-là. Le derby lorrain tout particulièrement, car bien qu'il ne soit pas aussi attendu par les médias que celui de Rhônes-Alpes entre l'OL et Saint-Etienne, la double rencontre entre l'AS Nancy Lorraine et le FC Metz est pour les supporters de chaque camp le moment le plus sulfureux de la saison.
Bien avant la réception d'un PSG et ses enviables superstars, l'accueil d'un OM et la ferveur qu'il draine par son aura populaire, le duel entre les métropoles toutes proches du 54 et du 57 est le rendez-vous crucial à ne pas manquer. Ce n'est pas pour rien que Jacques Rousselot a rappelé à ses hommes ce matin en forêt de Haye que "c'est une question de suprématie du foot lorrain". N'allez plus chercher ailleurs des sources de motivation à gagner. Et le président nancéien d'ajouter : "Seule la victoire est belle dans un derby ! Ce match doit se disputer dans une ambiance de fête mais avec une grande détermination".
Le dernier derby dans l'élite remonte au mois de mars 2008. Les anciens comme Hadji, Dia et Chrétien en étaient déjà et avaient arraché la victoire dans les derniers instants du match (2-1). Leur expérience d'un tel combat sera bien utile mercredi soir. Un succès ramènerait les Rouge et Blanc à deux longueurs des Grenats et confirmerait la bonne tendance actuelle à Marcel-Picot (3 victoires en 3 matches TCC). Y'a plus qu'à...

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#ASNLFCM

vendredi 25 novembre 2016

J14 #CocoASNL2017 : Montpellier - Nancy

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

L'objectif (enfin) rempli samedi dernier avec la victoire sur Dijon (1-0), même s'il fut bien difficile à concrétiser (mais on a l'habitude avec cette ASNL laborieuse), doit être le déclencheur de nouveaux moments positifs. Nancy est aujourd'hui à son meilleur rang en 18e position - synonyme de barragiste - et à seulement 3 points de l'adversaire du soir Montpellier. 
La Mosson a pu porter chance aux Nancéiens par le passé (ils s'y sont imposé en 2009 et 2010) mais les hommes de Frédéric Hantz restent sur deux succès contre Caen puis l'OM. Bref, il faudra encore et toujours ramer sévère pour ramener quelque chose de l'Hérault, histoire d'engranger de la confiance avant le derby mercredi soir à Picot.

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#MHSCASNL


mercredi 23 novembre 2016

Résumexpress : Monaco - Tottenham (2-1)

Ligue des Champions - J5 -  Groupe E - #ASMTOT - Un contexte qui peut rendre optimiste côté Monaco : 1 point et c'est la qualif' pour les 1/8e, 3 points et la première place est assurée, meilleure attaque européenne du moment - Pression donc sur les épaules de Tottenham qui bien qu'invaincu en Premier League, accuse déjà deux échecs en C1 - Equipe type pour la bande à Jardim avec Falcao capitaine - La loco Sissoko restée sur le banc, on remercie le coaching de Pochettino - Coup d'envoi - La défense monégasque est fautive d'un mauvais alignement et Alli envoie Son pour un duel gagné d'avance face à Subasic... sauf que le portier croate est bien plus rusé que le Coréen - Plus prompt à gratter de bons ballons, Monaco tricote et Dier tape dans le tibia de Fabinho : pénalty - Falcao l'exécute mais manque la sentence. Le Colombien avait dû omettre qu'un certain Hugo Lloris s'opposait à son projet - Le Harry Kane de l'Euro, celui qui rate tout, on l'adore - Au visage offensif et séduisant, les hommes de Jardim prennent l'ascendant à l'image de Bakayoko, Germain, Falcao et Sidibé notamment - Insolent, Monaco répond instantanément à chaque défi londonien : Son est encore mal inspiré et  dans la foulée Germain croise trop son tirr - Glik prend la fesse de Kane en trophée. Le Polonais méritait a minima un jaune - MT (0-0) - 48' Bernardo Silva accélère latéralement, résiste à la charge et décale Mendy côté opposé dont le centre est coupé de la tête par Sidibé qui allume Lloris de prêt (1-0) - Glik enlace un peut trop chaleurseusement Alli et c'est un nouveau pénalty - 52' Kane trompe Subasic d'une lourde frappe en hauteur (1-1) - 53' Insatiable Monaco qui punit aussi sec son adversaire par le biais de Lemar dont le pétard croisé du gauche scotche le gardien international français (2-1) - Fabuleux réflexe du bras de Lloris qui évite le break sur une reprise du plat du pied de Glik - Eriksen tente bien un petit quelque chose, mais c'est Monaco qui continue d'asséner les coups et Lloris est un nouveau rempart à Falcao - Chaque accélération, remise, crochet ou ouverture de l'entrant Sissoko est "Just perfect !" - Mendy sur le flanc gauche, ça devient vraiment sérieux tant il a progressé dans tous les registres - Les légères frayeurs de fin de match passées et Monaco s'impose plutôt aisément - Supérieure dans les duels, l'audace, l'animation et la percussion, l'équipe du Rocher se qualifie sans broncher avec en bonus la première place réservée avant l'ultime rencontre de poule (à Leverkusen) - Pour Tottenham, rien n'est perdu en dépit de ses trois défaites en cinq rencontres. La réception du CSKA Moscou dans 15 jours sera bien stressante pour des Londoniens dont le destin est plus que variable : finir deuxième et aller en 1/8e, troisième et se consoler avec la Ligue Europa ou pleurer avec la quatrième place éliminatoire.

La joie de la qualification pour Bernardo Silva et les Monégasques

dimanche 20 novembre 2016

Résumexpress : Marseille - Caen (1-0)

L1 - J13 -#OMSMC - L'ère McCourt ça a l'air super comme concept mais dans l'immédiat le peuple marseillais est toujours dans l'attente d'une première victoire en championnat après 2 nuls à Paris puis contre Bordeaux et une cinglante sanction à Montpellier (3-1) - Les stats contre le club normand au stade Vélodrome sont désastreuses : aucun succès depuis... 2008 pour 3 défaites dont 2 sous Bielsa. La dernière en date, lors de la 1e journée de la saison 2015-2016, avait débouché sur la fracassante démission d'El Loco et coïncidait avec le début d'une longue descente vers l'insignifiance qu'il faut désormais inverser - Pour Caen en déplacement, c'est 5 défaites en 6 matches TCC en cette première partie saison. De quoi conforter l'idée d'une victoire possible mais avant tout nécessaire, étant donné que l'OM ne pointe qu'à une pâle 14e place - Diarra et Njie sont absents. Vainqueur, Machach et Lopez forment le milieu de terrain. Alessandrini est titulaire - Rudi Garcia a définitivement choisi son capitaine : il s'agit de Bafé Gomis - Coup d'envoi - Le ballon appartient aux Marseillais qui bouclent un premier quart d'heure avec 75℅ de possess' - Alessandrini côté gauche envoie un bon centre intercepté devant Gomis - Rekik ne maîtrise pas sa tête plongeante sur un corner de Thauvin - Les "Aux armeeees, aux armeeees!!" jaillissent des choeurs de supporters en manque de spectacles et sensations depuis de trop longs mois - La vérité du terrain ne doit guère les rassurer, même si une belle énergie habitent les Ciel et Blanc - Ça y est, on y est : une demi-heure de jeu et on s'emmerde déjà dur - Marque de fabrique de l'époque Passi, l'accumulation de petites erreurs dans les transmissions perdurent sous Garcia - Gomis au duel qui trouve Alessandrini en pivot mais il est contré - Thauvin et cette tradition de confondre efforts défensifs et grand n'importe quoi. Ce joueur à tellement de défauts et de ratés qu'on ne peut pas le penser indispensable à cette équipe - Comment est-ce possible qu'il tire si mal ce coup-franc qui file 3 mètres au-dessus de la barre ? - L'ancien bastiais attire les ballons mais une nouvelle frappe du gauche n'est derechef pas cadrée - MT (0-0) - Trop lent et emprunté dans son enchaînement dos au but, Gomis est bloqué - Rekik sur le flanc gauche de la défense, c'est franchement pas déconnant - On demande un expert en balistique pour inculquer quelques notions rudimentaires au capitaine Bafé dont le pointu envoie le cuir à une dizaine de mètres du but de Vercoutre -  Ces saletés de mauvaises passes encore et encore... Pé-ni-ble !!!! - Et petit à petit, l'éventualité d'un hold-up, spécialité caennaise en terre marseillaise, se dessine car les hommes de Garande sortent (un peu) de leur réserve - Très beau sauvetage de Guilbert devant Alessandrini qui est remplacé par Sarr - Rolando est une couverture fiable pour son gardien Pelé, qui s'ennuie ferme - C'est l'occase du match : Lopez traverse le rectangle vert, s'appuie sur Sarr qui sert Vainqueur mais son enroulé passe de peu à côté - L'OM manque de cadres dans son effectif, on le savait, mais manque aussi systématiquement le cadre, à l'image de Thauvin dont la tête décroisée devait de terminer sa trajectoire au fond des filets - 81' Oh bonne mère, quel soulagement !! Gomis dépose le cuir sur le crâne de Rolando qui ouvre le score (1-0) - C'est de circonstance : avec son bouclier maintenant transpercé, Caen se révolte mais il ne reste plus que 5 minutes à jouer - 87 minutes sont passées et seulement 1 tir cadré pour les deux équipes réunies. Quelle pauvreté ! - Gomis s'arrache pour remonter un bon ballon. C'est bien capitaine ! - Et Sarr qui ne voit pas Gomis isolé dans la surace, quel cancre ! - Alors là, cachez les yeux des minots qu'ils ne reproduisent jamais cette horrible remise en touche - Coup de sifflet final (1-0) - Première victoire de Garcia en Ligue 1 à la tête de l'OM. Un succès qui en appelle plein, plein, plein d'autres... - 1 tir cadré, 1 but pour l'OM, quel réalisme ! Enfin, bon, quinze autres sont passés à côté... - Laborieux, maladroit et ennuyeux comme très (trop) souvent, cet OM a toutefois changé puisqu'il a su gagner ce match en s'appuyant notamment sur une volonté intacte ainsi qu'une ligne défensive rassurante autour de Fanni - Le révélateur ultime de cette solidité aura lieu samedi prochain à Monaco qui possède tout simplement la meilleure attaque d'Europe avec sa moyenne de 3 pions par rencontre.

Rolando, buteur libérateur, épaulé par Gomis

jeudi 17 novembre 2016

J13 #CocoASNL2017 : Nancy - Dijon

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

Deux semaines après avoir été pulvérisée à Monaco (6-0), l'ASNL aborde la réception de Dijon avec un objectif radicalement plus offensif puisqu'il s'agira d'enchaîner une seconde victoire consécutive à domicile (après Caen 2-0 il y a trois semaines) face à un adversaire modeste (promu en tant que deuxième de Ligue 2 la saison passée) mais jusque-là à l'abri des turbulences de la zone de relégation (11e avec 14 points) et qui n'a plus perdu depuis... deux mois (0-3 au PSG).

On le sait depuis le début, aucun match ne sera gagné à l'avance pour cette ASNL, mais les espoirs entrevus ces derniers temps (sous l'impulsion notamment d'un Alou Diarra renaissant) imposent une victoire ce samedi. Et celle-ci appellerait très rapidement à faire échos lors des prochaines échéances à Marcel-Picot puisque se profile déjà le derby avec la venue des Messins le 30 novembre puis l'accueil d'Angers le 10 décembre. Des challenges accessibles. Y'a plus qu'à...

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#ASNLDFCO

samedi 12 novembre 2016

Résumexpress : France - Suède (2-1)

Éliminatoires Coupe du monde 2018 - J4/10 - Groupe A - #FRASUE - Les deux nations se partagent la tête de la poule avec 7 points - La Suède n'a plus vaincu la France dans l'hexagone depuis... 1952 - La ferveur est telle que la fanfare se tait, laissant les 78000 voix du Stade de France entonner une émouvante Marseillaise - En revanche, la minute de silence en mémoire des victimes des attentats de Paris survenus il y a tout juste un an en marge du France-Allemagne du 13 novembre 2015 est salie par quelques énergumènes insensibles - Pensée également aux poilus et à un armistice fragile signé voilà 98 ans un certain 11 novembre 1918 - Giroud fait son retour en pointe - Evra que l'on ne pensait plus revoir honore sa 81e sélection en remplacement de Kurzawa blessé - Coup d'envoi - La première frappe de la rencontre est signée Pogba. Le gardien suédois Olsen ne peut intervenir, le ballon fusant à une bonne vingtaine de mètres de sa cage - Pour un premier vrai danger c'est un classique : remise déviée de la tête par Giroud et Griezmann pénètre plein axe - Tous les ballons finissent dans des pieds Bleus dans ces vingt premières minutes mais Pogba comme ses coéquipiers doivent régler la mire - Les jaunes de Suède commencent à déployer un jeu collectif et un repli défensif pas vilains du tout - Les Bleus se ramollissent tandis que les Vikings s'enhardissent - Illustration du manque de mouvements et d'initiatives côté français, c'est Varane qui par moments joue les meneurs de jeu - Un ultime coup de tête illusoire de Griezmann et on rentre au vestiaire la mine un peu circonspecte - MT (0-0) - Giroud enfin en position offensive mais le barbu ne cadre pas sa tête - On s'en remet au bon souvenir des coups-francs de Payet mais ça passe au-dessus - Sur un déboulé scandinave côté gauche, un léger surnombre se met en place mais Lloris intervient en deux temps - 54' Faute de Sidibé. Le coup-franc de Forsberg pourtant court et peu puissant trompe Lloris, pétrifié sur sa ligne. Ce ballon a forcément été dévié. Ralenti formel : rien ni personne n'a changé le cours d'une trajectoire hyper moderne - à savoir surprenante et changeante - du cuir (0-1) - Lloris a manqué de clairvoyance et il s'en veut - Piètres acteurs mais gros réacteurs, les tricolores sont (enfin) plus agressifs et accélèrent par Matuidi (guère fatigué jusque-là) stoppé illicitement - 57' Sur le coup de pied arrêté qui suit tiré par Payet, la sphère atterrit sur une tête française  qui, à bout portant, la claque dans le but à l'aide de la barre transversale. L'égalisation est signée Varane ! Ah non, c'est Pogba !? Non, c'est bien Varane. Les deux célébrant le but, on fait comment ? C'est Pograne ? Varagba ? Allons-y pour Pogba (1-1) - Contraints de se bouger par l'ouverture du score des visiteurs, les Français se lâchent enfin - Griezmann et Giroud ne sont pas loin de gratter un ballon dans les mains d'un Olsen un peu fébrile - 65' Ben tiens, voilà que le portier suédois relâche la balle au-dessus de Griezmann -légèrement hors-heu au départ du centre de Sidibé- et Payet se retrouve en position plus que confortable pour épouser le ballon pied droit et l'enrouler jusqu'au second poteau, là où personne ne pourra l'intercepter (2-1) - Quelle capacité à inverser le sens d'un match pour ces Bleus ! - Dupé quelques minutes plus tôt, Lloris se rattrape alors que la Suède commence à se rebiffer - On le sent en manque de but et Toinou se met en évidence mais le break qui aurait été décisif est manqué pour quelques centimètres après une belle frappe du gauche - Le jeune bordelais Thelin se retrouve en face-à-face avec Lloris mais, légèrement gêné par un impeccable Koscielny ("impeccable Koscielny" on peut appeler ça un pléonasme désormais), il ne cadre pas son tir - La dernière chance des hommes d'Andersson est passée et l'équipe de France s'impose - Match peu emballant et victoire difficile bien compliquée par l'opposition ainsi que le manque de liant des hommes de Deschamps - L'essentiel est bien acquis : 3 nouveaux points à domicile face à un concurrent direct à la première place et la maison bleue prend seule les rênes de sa poule avec 10 points sur 12 possibles - Sans attendre les résultats de Bulgarie/Biélorussie et Luxembourg/Pays-Bas ce dimanche, la France se prépare déjà à passer l'hiver au chaud - Décrassage programmé mardi à Lens pour un dernier match amical en 2016, contre la Côte d'Ivoire.

Varane-Pogba, Pogba-Varane. Deux hommes, deux têtes, un seul but (crédit photo @leProgres)

jeudi 3 novembre 2016

J12 #CocoASNL2017 : Monaco - Nancy

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

Enfin ! Enfin l'ASNL a offert une victoire à son public de Marcel-Picot samedi dernier contre Caen (2-0). Un succès aussi espéré qu'attendu somme toute logique qui fait du bien au moral... et au compteur points. Mais à peine recollé au peloton du bas tableau que se profile un déplacement bien périlleux en Principauté.
Pour ne pas s'effondrer à Monaco, deuxième du classement et de loin meilleure attaque de l’hexagone (30 buts en 11 journées), Nancy devra être plus soudé que jamais. La solidarité, voilà une vertu pas étrangère à ce que nous a montré la troupe de Correa jusqu'ici. Alors pourquoi ne pas espérer un (petit) exploit...

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#ASMASNL

vendredi 28 octobre 2016

J11 #CocoASNL2017 : Nancy - Caen

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

Nancy vs Caen, acte II. Trois jours après leur belle prestation offensive ponctuée d'une qualif pour les 1/8 de le Coupe de la Ligue face aux Normands (4-2), les Nancéiens les accueillent de nouveau pour un rendez-vous autrement plus important. En effet, après cette heureuse parenthèse, il faut revenir au affaires courantes et essentielles : celles du championnat. 
Avant-dernière avec quatre points de retard sur son prédécesseur... caennais, l'ASNL se doit d'engranger (enfin) les 3 points après l'encourageant partage des points obtenu à Bordeaux samedi dernier (1-1). Avec un effectif qui devrait être au complet (un doute subsiste tout de même sur le cas Hadji), tout autre résultat qu'une victoire serait un coup dur conséquent pour le moral des troupes alors que l'échéance suivante sera Monaco.

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#ASNLSMC

vendredi 21 octobre 2016

J10 #CocoASNL2017 : Bordeaux - Nancy

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

Avec un bilan comptable famélique après 9 matches (5 points sur 27 possibles, 4 buts inscrits), l'ASNL a tout du relégable en puissance alors que le premier quart du championnat sera bouclé ce soir à l'issue de ce déplacement au stade Matmut-Atlantique de Bordeaux.
Qu'espérer de ce voyage chez les Girondins ? Tout simplement réaliser le même coup que le SCO Angers il y a un mois, à savoir le hold-up 1-0 avec, enfin, de la réussite à tous les niveaux offensivement comme défensivement. Car c'est là tout le malheur de cette vaillante équipe nancéienne jamais ridicule (comme lors de la réception du PSG samedi dernier) mais jamais gagnante non plus. Le changement doit être pour maintenant, mais vraiment, pas comme en politique.

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#FCGBASNL

jeudi 20 octobre 2016

Résumexpress : FC Barcelone - Manchester City (4-0)

Ligue des Champions - J3 - Groupe C - #FCBCity - Anciens partenaires au Barça, les deux coachs Luis Enrique et Guardiola arborent un large sourire et s'offrent une franche accolade dans les couloirs du Nou Camp - Il a longtemps nourri une bête du jeu devenue avec lui un monstre de football qu'il a quitté pour tenter de le cloner ailleurs, Guardiola revient à Barcelone en manager de City - Expérience qu'il a déjà vécue aux commandes du Bayern Munich... pour une grosse défaite 3-0 - Retour moins prégnant mais notable que celui de Claudio Bravo qui a quitté la Catalogne cet été pour s'emparer d'une place de titulaire indiscutable du côté de Manchester - En factotum du football qu'il est et sait être, Mascherano occupe le flanc droit de la défense des Blaugrana - Coup d'envoi - Une accélération et la mobylette Jordi Alba, qui sortait juste de l'atelier, tombe en rade. Changement poste pour poste avec Digne - Quelle autre équipe en Europe que le Barça peut se la jouer à lancer sa construction du jeu depuis sa surface de réparation sans paniquer ? Et bien ce Manchester City, Messieurs Dames, dont les gènes apparaissent déjà bien modifiés par le style Guardiola - Les deux équipes rivalisent dans le contrôle du jeu et la possession de  balle - 17' Glissade fatale de Fernandinho qui ouvre un boulevard à Messi, lâché par Otamendi, au cœur de la surface. La suite, vous l'avez déjà vue mille fois : le génial Argentin, ballon-bilboquet collé au pied, crochète son ancien partenaire Bravo pour marquer dans le but vide (1-0) - L'emprise catalane s'accentue - City sait désormais faire circuler proprement la balle, on l'a compris, mais peine toutefois de plus en plus à approcher la zone de Ter Stegen - Sursauts mancuniens par Nolito puis Gundogan qui s'engouffrent dans le secteur de Piqué convalescent et bientôt remplacé par un nouveau Français, Mathieu - MT (0-0) - Ce fennec de Suarez attend la faute d'Otamendi qui arrive toute seule - Houuuuuu... mtitiiiii place un joli coup de tête qui rase le poteau - Finalement ce ne sont pas les gardiens anglais qui ont les pieds carrés, mais les gardiens qui jouent en Angleterre : sorti en dehors de sa surface, Bravo manque son plat du pied droit qui arrive sur celui de Suarez qui tente de le lober. Le Chilien interrompt la trajectoire du bouts des gants. La sentence est irrévocable, c'est l'exclusion directe. C'est un tournant du match - Dans la continuité, City perd son capitaine Zabaleta sur blessure - 61' Sonnés par ces faits de jeu, les Citizens sont mis groggy par une nouvelle spéciale de Messi, servi par Iniesta, qui trouve le petit filet gauche de Caballero (2-0) - Pendant ce temps-là De Bruyne, placé à la pointe d'un trident offensif, échoue dans chacune de ses quelques opportunités - 69' Ils ne sont plus groggy mais bien KO cette fois les hommes de Guardiola dont les maladresses répétées dans l'entre-jeu sont exploitées à la perfection par le Barça : récupérant un ballon perdu par Gundogan, Suarez sert Messi qui, seul dans l'axe, n'a aucune peine à inscrire son triplé des familles (3-0 ) - Il n'avait pas débuté le match et ne le terminera pas non plus : Mathieu est logiquement expulsé après son deuxième carton jaune pour une faute pas jolie jolie sur Sterling - Ça joue donc à 10 contre 10 - Et le Rakitić, on n'en parle pas des masses, mais qu'est-ce qu'il amasse comme (très) bon boulot - Sterling aura été le seul Mancunien à garder le rythme et créer des espaces - Cet Umtiti  m'a tout l'air de bien s'installer dans la défense catalane - Quels enchaînements de Messi avec prise de balle-contrôle orienté. Cela finit en pénalty, mais Neymar le manque. La faute à ses piétinements agaçants dans sa course d'élan ? Sujet éternel. - 88' Vexé par cet échec, le Brésilien s'arrache depuis son camp et, en s'appuyant sur Messi, vient mystifier toute la défense de City et le moral d'un Guardiola humilié (4-0) - Comme il est de coutume, Luis Enrique lui sert la main après le coup de sifflet final, mais maintenant ça ne rigole plus des deux côtés

Messi a rigolé au moins trois fois lors de ce Barça-City

mercredi 19 octobre 2016

Résumexpress : Lyon - Juventus Turin (0-1)

Ligue des Champions - J3 - Groupe H - #OLJUVE - Dans cette poule à 3 prétendants pour 2 places en 1/8e, l'OL n'a pas le droit de se trouer contre ce rival direct alors que le FC Séville l'a déjà battu en Andalousie - Lyon est quasiment au complet (sans tenir compte de Grenier toujours à la cave) et misera tout sur son duo d'attaquants stars de nouveau réuni : Fekir-Lacazette - Deuxième match pro et premier en C1 pour le jeune défenseur Diakhaby qui s'installe aux côtés de Yanga-Mbiwa et N'koulou dans une charnière à trois - Le donateur Rafael retrouve une place de titulaire - La Juve, qui déplore l'absence de Chiellini, reste toujours aussi impressionnante sur chaque ligne - Coup d'envoi - La grosse densité de population dans la surface lyonnaise et les parties de billard avec le ballon ne sont pas sans rappeler les déplacements en "paquet" des apprentis footballeurs de 8 ans - Higuain se met en évidence - L'occase de fou de Bonucci dont la reprise à bout portant est contrée... par son coéquipier Khedira - Si l'arrière garde lyonnaise ne serre pas plus Higuain et Pjanic, va y avoir du grabuge - Pas aussi charitable que ce cher Rafael, l'arbitre lui inflige un jaune sévère pour excès... de générosité dans son tacle - 34' Plaquage haut de Bonucci sur Diakhaby qui offre un pénalty inespéré à Lacazette mais sa frappe trop lente et pas suffisamment placée simplifie la tâche d'un Buffon aux aguets. Ça va se regretter ça - Superbe tête de la hyène Higuain qui oblige Lopes à une magnifique et décisive horizontale - MT (0-0) - Fekir commence (enfin) à se montrer et allume en pivot mais son tir dévié est sorti par sa divinité Buffon - C'est un peu le "fighting" sans "spirit" pour Darder, averti pour des mouvements de taekwondo sur Pjanic - L'ancien marseillais Lemina enchaîne les irrégularités et prend un second jaune pour une semelle sur Fekir. A 11 contre 10 pendant plus d'une demi-heure, l'OL se voit offrir une seconde chance - Excellent coup de tête de Tolisso aux trois mètres, mais Buffon bla bla bla - 76' Cuadrado, qui vient de remplacer Dybala (qui n'était pas là ce soir), s'amuse de Morel sur le côté droit et décoche une sorte de Kostadinov qui fusille Lopes, dont la petite taille pour un gardien (1,84m) fait ici office de nanisme (0-1) - Signe des mauvais temps : mené mais en supériorité numérique, l'OL reste dispersé dans ses attaques - Les hommes de Génésio donnent tout désormais, par Gonalons et Ghezzal mais c'est bien la Juve qui fait chavirer les Gones à l'image de ce dernier tango d'Alex Sandro qui retourne N'Koulou - Ce match est un cliché des vieilles affiches franco-italiennes d'antan entre clubs : beaucoup d'entrain et d'envie mais manque de lucidité côté tricolore, réalisme total et maîtrise collective côté transalpin - Dorénavant à 4 points du duo de tête Juventus-Séville, cet OL n'est plus en mesure d'accéder aux 1/8e - La 3e place qualificative pour la Ligue Europa sera à disputer au Dinamo Zagreb. Tout à fait à la portée de l'OL.

Le jeune Diakhaby tente de maîtriser Higuain 

dimanche 16 octobre 2016

Résumexpress : ASNL - PSG (1-2)

L1 - J9 - #ASNLPSG - Bonne habitude cette saison à Nancy, Marcel-Picot accueille équipes et public sous un ciel bleu et avec une météo très clémente - Paris fera sans Pastore, Di Maria ni 3 de ses 4 arrières latéraux (Aurier, Kurzawa, Maxwell) tous blessés - Ben Arfa est bien valide mais débute sur le banc au profit... du jeune Ikone. Nouveau désaveu d'Emery envers celui qui faisait partie de l'équipe type de la Ligue 1 l'an passé - Côté Nancy, Correa reconduit sa défense à 5 (Diagne au lieu de Lenglet suspendu) et offre son premier match de L1 à l'ancien capitaine des Bleus Alou Diarra depuis mai 2013 (c'était avec Rennes face à l'AC Ajaccio) - Pas de MSN, BBC ou GG, mais un duel uruguayen plutôt CaCa entre Cabaco et Cavani - Nancy en train de se poser en spectateur de son prestigieux adversaire, c'est pas bon signe ça - Thiago Silva nous gratifie de sa palette technique hors norme pour un défenseur central - 13' Vous vous souvenez du coup-franc rentrant marqué par Puyo contre Nantes ? Lucas met le même, à cette différence que là, Assembé la regarde rouler le long de sa jambe gauche après que la balle a passé entre celles de Cavani et Cabaco puis a fui le bout de pied de Krychowiak (0-1). A trop contempler ces stars parisiennes on finit par passer à la caisse - Lucas virevolte et n'est stoppé que par les tacles tous azimuts de Nancéiens à la peine - 18' Chrétien veut mettre en retrait vers son gardien mais sa tête est aléatoire. Du bonheur pour le chasseur Cavani qui intercepte et d'un lob méticuleux ajuste ce pauvre Assembé encore honteux de sa bévue précédente (0-2) - C'est une entame apocalyptique de la part de l'ASNL dans ce duel a priori très déséquilibré, et l'on se met déjà à penser que l'affaire est pliée - Fulgurance magnifique de Koura qui, d'une frappe puissante à l'extérieur de la surface, oblige Areola à sortir le grand jeu d'une ferme claquette. Le ballon filait sous la barre - Cavani est très souvent sollicité mais peu trouvé - Tir sympa de Muratori - Devenu plus hargneux, Nancy se rebelle, mais Koura échoue de nouveau sur l'impeccable Areola - MT (0-2) - L'ASNL tente de reprendre les choses en main. il n'y a plus le choix de toute façon désormais - Révision de la définition du terme "arbitrage maison" : concept d'arbitrage populiste usant de favoritisme envers l'équipe qui reçoit... dès lors que celle-ci fait partie des clubs les plus puissants - Dalé symbolise le manque de réussite de son équipe : il gagne beaucoup de duels mais est incapable de concrétiser ses actions - 55' A Nancy, comme le jeu n'apporte jamais de conclusion, on s'en remet à ce que l'on maîtrise le mieux, à savoir un bon vieux coup-franc distillé par Pedretti. Celui-ci dépose la sphère sur la tête du double mètre d'Alou Diarra qui décroise et la propulse dans la lucarne opposée (1-2). C'est le premier but de Diarra en Ligue 1 depuis février 2012 (c'était avec l'OM) - Eh Edinson, arrête un peu de t'enflammer ! C'est quoi cette reprise de volée depuis le rond central ? - Boosté par un but qui redonne espoir à tout un stade (Picot est à guichets fermés ce soir), Diarra monte en puissance et régale - Entrées de Dia et Rabiot - Arbitrage à la cool pour les internationaux comme Matuidi par vraiment réprimé malgré des gestes douteux - Ah mince, c'est l'heure de ce moment toujours gênant quand tu viens au stade avec ton fiston : le sempiternel "Nous haïssons les Messins... Ces mmmh mmmh sont bons à rien!" sortent des tribunes de supporters qui se partagent les couplets, comme un devoir de mémoire imposé. Et sinon les gars, vous pensez vraiment que ça va aider nos joueurs à revenir sur Paris ? Passons - Ça combine bien dans le milieu nancéien mais avec cette saleté de dispositif surchargé de défenseurs, il est toujours aussi improbable de trouver un appui devant, d'autant que les défenseurs parisiens sont évidemment parfaitement organisés - Moins d'un quart d'heure à jouer et Emery lance (enfin) Ben Arfa. Vas-y Hatem, montre nous ce que tu sais faire maintenant. C'est pas vraiment un envoi au casse-pipe mais bon, quel manque de bienveillance de la part du coach espagnol - Cavani est hors-jeu, surprenant - On est dans les dix dernières minutes quand Meunier, qui ne dormait pas du tout jusque-là, se fait chiper la balle. Mandanne s'infiltre dans le rectangle de réparation et Krychowiak en bon porte-flingue lui assène un petit coup de coude aux côtes très discret, très propre. C'est si mignon même qu'en voyant tomber l'attaquant nancéien, l'arbitre siffle une simulation. Dites voir Monsieur Lesage, ce n'est pas très raisonnable tout ça, vous seriez pas en train de voler la petite équipe de Nancy qui à force d'acharnement aurait bien mérité d'avoir sa chance pour revenir à hauteur du grand Paris Saint-Germain ? - A un poste inédit pour lui (arrière gauche), Kimpembe démontre pourquoi Deschamps a fait appel à lui lors du dernier rassemblement des Bleus : très lucide, puissant et technique - Certains craignaient de voir l'ASNL pulvérisée par le PSG, mais non, les Lorrains ont juste perdu d'un petit but comme (trop) souvent (1-2) - Ce score étriqué rappelle que Nancy est une équipe certes faiblarde offensivement, mais que ses valeurs de combat, abnégation et détermination la rendent honorable et jamais vaincue d'avance. M'étonnerait de la voir se prendre des valises comme d'autres - Pour Cervantes, Don Quichotte s'est battu contre des moulins, pour Correa, les Nancéiens ont mouillé le maillot, mais en vain - Sans avoir déjoué pendant la première demi-heure, le fameux "coup à faire" annoncé par le coach nancéien avant la rencontre aurait peut-être pu avoir lieu, surtout que ce PSG, qui pensait déjà à son match de Ligue des Champions contre le FC Bâle mercredi soir, s'est contenté de contrôler sans chercher à écraser son adversaire. Ça aurait pu (dû) lui porter préjudice. Dommage, encore une fois pour nous, Nancéiens.

Verratti vs A.Diarra : duel entre un tout petit bonhomme et un très grand monsieur

Les 5 derniers résumés des matches de l'ASNL :
7e journée : ASNL-Nice (0-1) 
6e journée : Bastia-Nancy (0-0)
4e journée : Lorient-Nancy (0-2)
3e journée : Nancy-Guingamp (0-2)
2e journée : Rennes-Nancy (2-0)

jeudi 13 octobre 2016

J9 #CocoASNL2017 : Nancy - Paris Saint-Germain

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

Pour n’avoir glané que 5 points lors des huit premières journées de Ligue, 1, Nancy pointe à la dernière place, soit à 15 points du leader niçois et 11 de son adversaire du jour : le gigantesque Paris Saint-Germain. L'ASNL n'a battu que le seul Lorient, alors lanterne rouge, et s'est confrontée à des adversaires globalement de son calibre (ce que l'on pouvait supposer a priori).
Changement de cap pour cette reprise post-trêve internationale. Le calendrier qui attend les hommes de Pablo Correa à partir de samedi pour les vingt-cinq jours à venir ressemble à véritable parcours du combattant puisqu'il prévoit également des déplacements à Bordeaux puis Monaco en plus de la double réception de Caen (dont un 16e de finale de Coupe de la Ligue).

L'ancien international français Alou Diarra a eu beau déclarer que "sur un match tout reste possible", on ressent plus une forme de méthode Coué dans ses propos qu'une réelle capacité à changer les choses. Nancy n'est pas attendu sur cette rencontre qui ne doit servir qu'à se préparer physiquement aux suivantes. Souhaitons qu'elle ait aussi un effet mental, comme en se remémorant ces valeurs de l'an passé qui l'avaient amené jusqu'au sommet de la Ligue 2. Mais ça, c'était le niveau Ligue 2, et samedi après-midi ce sera celui de la Ligue des Champions.

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#ASNLPSG

samedi 8 octobre 2016

Résumexpress : France - Bulgarie (4-1)

Éliminatoires Coupe du monde 2018 - J2/10 - Groupe A - #FRABUL - Après un partage des points au goût d'inachevé en Biélorussie (0-0) et avant un déplacement périlleux aux Pays-Bas lundi soir, les Bleus n'ont qu'un objectif : GAGNER ! - Deschamps reconduit son schéma en 4-2-3-1 avec Griezmann en soutien axial de Payet (à gauche) et Sissoko (à droite) et libre de tourner autour de la toute nouvelle pointe Gameiro - Côté bulgare, Kostadinov est là mais pas de sueurs froides, ça va tout le monde, ce n'est que Georgi, un milieu de terrain. La vieille enflure d'Emil a rangé ses crampons depuis un moment - Griezmann reçoit vite fait son trophée (tout pourri le trophée) de meilleur joueur de l'Euro 2016 et zou, on y va! - 6' Remake de France-Irlande à l'Euro : les Bleus encaissent un pénalty (signé Aleksandrov) dès l'entame après que Sagna, fautif, a été humilié par les tours de passe-passe de Milanov (0-1) - Sissoko toujours aussi tranchant et affuté que la lame du rasoir de mon barbier - 23' On l'imaginait plutôt en buteur-raccroc ou buteur-charo, mais non, Gameiro est plus complet que cela : il égalise d'une parfaite tête plongeante décroisée sur un centre aux petits oignons du repenti Sagna - 26' Les Bleus maintiennent la pression et repassent en tête grâce à la patte de Payet dont le centre à la courbe de rêve (et pas coupé par Griezmann) trouve le petit filet opposé (2-1) - C'est trop d'émotions en peu de temps pour Sagna contraint de céder sa place sur blessure à Sidibé - 38' Passe atroce du défenseur central Pirgov qui se transforme en offrande pour Griezmann qui démontre l'étendue de sa classe en ajustant Stoyanov d'un tir du gauche à ras de terre des vingt mètres qui termine au ras du poteau gauche du gardien (3-1) - Des flèches bulgares filent bien côté droit, mais la couverture défensive tricolore fonctionne, notamment avec Koscielny et Kurzawa - MT (3-1) - Koscielny vient jauger son jeu de tête dans le surface adverse - Gameiro a tout bon : il presse sans cesse et remise toujours juste - Les percées plein centre de Pogba commencent à laisser les Bulgares en carafe - Cette minaaassse hallucinante de Pogba à 35 mètres - Je sais pas si Diego Simeone a pris place au Stade deuf' pour ressasser ses consignes, mais Griezmann ne ménage pas ses efforts. Il est à tous les coins du terrain - 59' On sentait la quatrième sentence venir, elle tombe comme un couperet avec le doublé de Gameiro bien servi au point de pénalty par son compère de l'Atletico après un travail préparatoire très propre de Kurzawa côté gauche (4-1) - Et Stoyanov créa le poste de gardien de volley-ball - Et Griezmann inventa le drible-toupie - Et pendant ce temps-là, Matuidi annexait le milieu de terrain - C'est un raz-de-marée bleu qui déferle sur le camp bulgare aux abois - Gameiro et ses 2 buts pour 2 tirs cadrés laisse jouer Gignac à sa place - Sissoko mériterait tellement de marquer, mais ce ne sera pas sur cette grosse frappe captée - Quand mon Blaise pénètre dans la surface adverse c'est rarement pour faire beau, mais son tir croisé du gauche heurte la base du poteau opposé et la reprise de Sidibé file au-dessus - Un an après sa grave blessure au Portugal qui l'avait privé de sa saison, Fekir revient vêtu de Bleu - Fin du calvaire des Bulgares qui ont laissé le yaourt cailler comme on dit du côté de Sofia lors des soirées de spleen - Rapidement menés, les Bleus n'ont jamais paniqué et même pas douté pour dérouler un jeu très dynamique et très efficace en tous points de vue. La paire de récupérateur Matuidi-Pogba n'a pas été transcendante ? L’opposition était si faible que ces deux-là en ont gardé sous la pédale. Belle leçon de mental également pour avoir inversé très vite la tendance. De bon augure avant le premier gros test qui les attend lundi à Amsterdam pour #PBFRA.

A l'Atletico Madrid comme en Bleu, les GG s'éclatent

vendredi 30 septembre 2016

J8 #CocoASNL2017 : Lille - Nancy

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

La seule victoire de Nancy cette saison le fut en déplacement à Lorient dans le duel des deux derniers du championnat. Trois semaines après, c'est un défi similaire qui se présente à l'ASNL qui rend visite ce samedi à une lanterne rouge que l'on n'imaginait pas du tout  en pareille souffrance : le LOSC. L'équipe de Frédéric Antonetti pointe à la 20e place avec 4 petits points et une série en cours de 4 défaites. 
La défense, bien que composée de valeurs sûres comme Beria, Corchia ou Civelli, déçoit alors que celle de Nancy aurait tendance à rassurer. 
Les attaques en berne et la crainte de perdre à nouveau et se voir décrochés pourraient nuire au spectacle proposé par les deux équipes.

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#LOSCASNL

mercredi 28 septembre 2016

Résumexpress : Borussia Dortmund - Real Madrid (2-2)

Ligue des Champions - J2 - Groupe F - #BVBRMA - Avec leur armada et esprit offensifs, ces deux-là ne sont pas du genre à tâter du round d'observation et se rendent coup-franc boxé sur coup-franc boxé (CR7 puis Castro au tir) - Ce bras tendu de CR7 qui freine le CF d'Aubameyang, s'il est pas volontaire j'veux bien être naturalisé portugais - "Monsieur Klattenburg est l'un des pires arbitres de l'histoire du football" (Jean-Charles Sabattier en live sur Bein Sports) - Récupération, combinaisons et percussions : ce Borussia grouille de talents collectifs, mais Dembele, par qui tout petit arriver, reste maladroit à la conclusion - 17' Plus incisif encore dans ses moments forts, le Real prend l'avantage sur un pointu de CR7 génialement servi du talon et en aveugle par Bale après une action collective parfaite initiée par Modric et relayée par Benzema puis James (0-1) - Beau coup de boule de Rastapopoulos (ou qqch du genre) mais Navas veille - Ce Real peut blesser dès qu'il le décide - 43' Navas repousse un puissant CF sur le malheureux Varane qui plante un csc accompagné par P-EA (1-1) - Benzema avait aisément contourné par les airs tout le bloc jaune, mais l'amour de tête décroisée de CR7 est invalidé pour cause de hors-jeu - MT (1-1) - Le Real cédant la possess' au BVB, Dembele s'adonne à ses entrechats avant de chatouiller la lucarne - Dans la foulée, Aubameyang enroule une jolie frappe du droit bien boxée - La défense locale en oublierait presque que le jeu de tête de CR7 est une arme fatale - 69' Sur un corner rapidement et finement joué avec Kroos, CR7 centre par-dessus. Le poteau accueille la reprise plat du pied de Benzema que Varane vient transformer en but, son premier en Ligue des Champions (1-2) - Vexé, Guerreiro est tout prêt d'égaliser sur une frappe de mule à l'entrée de la surface repoussée par Navas - Sonnés, les Allemands interrompent comme ils peuvent les contres madrilènes : à savoir pas très joliment et avec avertissements à la clé - Sa saison enfin lancée physiquement, CR7 semble encore en mesure de breaker - Jamais avare de niaque, Dortmund s'accorde encore quelques doses de panache bien excitantes - Si la qualité d'une charnière centrale s'évalue sur sa complémentarité, alors celle du Real est idéale : Sergio Ramos tabasse pendant que Varane nettoie - 87' Oui mais voilà, avec un super-sub de la trempe de Schürrle, le retour reste possible, et pour cause : il attrape la lucarne d'un tir puissant du gauche à l'intérieur de la surface (2-2) - Dans l'ancien Westfalenstadion, quand le match est terminé et même si la victoire n'est pas au bout, le public ne part pas et les étendards noir et jaune flottent plus que jamais au vent. Une autre idée du job de supporter - Une rencontre à la hauteur de l'affiche qui rappelle qu'au delà de ses stars offensives, le Real de Zidane est un bloc bien difficile à ébranler, même par un Borussia franchement très costaud et qui pourrait aller loin.

Varane buteur pour le Real : une première en C1

mardi 27 septembre 2016

Résumexpress : ASNL - Nice (0-1)

L1 - J7 - #ASNLOGCN - 18K spectateurs ornent les gradins de Marcel-Picot dans des conditions estivales - Bien heureux d'avoir ramené 1 point de Bastia, Pablo Correa maintient sa défense à cinq, mais se contente juste de deux attaquants de métier : Mandanne et Hadji (Trop frileux le Pablo?... We'll see) - Les joueurs clés de l'insolente réussite niçoise du moment ne sont pas (tous) là (Balotelli forfait, Siri, Koziello et Belhanda sur le banc) - Plus sûr dans les impacts, le Gym cède pourtant les bonnes situations à Nancy : en excellente position Mandanne manque une reprise qui ne demandait qu'à propulser le ballon dans le petit filet opposé (très très rageant), têtes de Cabaco puis Lenglet - Papy Hadji rogné par ses 6 matches joués ce début de saison sort sur blessure. Koura prend sa place - Après 2 matches sans avertissement, retour des malus (N'Guessan, Badila) - La défense renforcée des locaux fait barrage, notamment grâce au poids d'un Cabaco généreux dans l'effort - MT (0-0) - Cyprien se défait de Chrétien et allume la tribune Schuth - Dante ou la tour de contrôle... infernale - Arrêt réflexe d'Assembé sur une tête de Sarr - Ce Rémi Walter serait bien utile dans l'effectif de l'ASNL :-( - Koura est trop fréquemment maladroit cet après-midi pour être le premier buteur nancéien dans le jeu à la maison - 60' Eysseric accélère aux 20 mètres, Cabaco sort à contretemps, Lenglet ne compensant pas, Plea n'a plus qu'à conclure seul face a Assembé (0-1) - Désormais mené, Correa revient à un schéma plus équilibré et conquérant en remplaçant Chrétien par Robic (ndla: on n'en serait peut-être pas là si on avait débuté ainsi) - Fébriles, Lenglet et Cabaco ne se sont pas remis du but encaissé - Koura s'emmêle les guibolles et alimente la besace des regrets - Jamais fébrile quant à lui, le Kop du Saturday FC, bras dessus bras dessous, maintient l'ambiance, et donc l'espoir, en tribunes - Comme à Bastia, Dia est bien entré pour tenter de mettre du désordre dans la défense adverse mais comment dire... si Ben Arfa ne travaille pas assez pour intégrer le groupe parisien, que penser du niveau physique d'Issiar ? - Les coups de patte de Pedretti sont plus illusoires que dangereux - Entreprenants mais modérément menaçants et par-dessus tout imprécis, les Nancéiens finissent par s'incliner pour la 3e fois en 4 réceptions sur leur pelouse - Même inexpérimenté dans le peau du leader, on a senti les Niçois sereins. Leur belle aventure tout là-haut devrait perdurer un temps - Pas si piquant que ça, Marchetti est toutefois élu Chardon du match - Une petite défaite 0-1 face au premier du championnat, c'est pas dramatique, mais les 12 points et 18 places qui distancent désormais Nice de Nancy révèlent plus exactement l'écart et les moyens qui commencent à séparer les Lorrains de leur objectif maintien - Déjà penser à passer en mode commando. Fait chier.

Alassane Plea en balade à Marcel-Picot

Résumés des précédents matches de l'ASNL :
6e journée : Bastia-Nancy (0-0)
4e journée : Lorient-Nancy (0-2)
3e journée : Nancy-Guingamp (0-2)
2e journée : Rennes-Nancy (2-0)

vendredi 23 septembre 2016

J7 #CocoASNL2017 : Nancy - Nice

Tout savoir sur le concours #CocoASNL2017
=> Lire le règlement ici

L'OGC Nice est l'adversaire privilégié de l'ASNL, celui qui a été vaincu lors des deux dernières grandes finales nationales remportées par le club meurthe-et-mosellan (Coupe de France 1978, Coupe de la Ligue 2006). En championnat, tout va pour le mieux également a la maison pour les Nancéiens qui ne se sont inclinés qu'une fois sur les douze derniers affrontements avec les Aiglons. 
Ces statistiques glorieuses ont-elles pour autant de quoi rassurer les supporters après 3 matches sans défaites, certes, mais avec un fond de jeu inexistant ou presque et une puissance de frappe très limitée ? Pour envisager la victoire ou ne serait-ce qu'un partage des points, au moment même où les Azuréens arrivent en leader menaçant après leur large victoire pleine d'efficacité sur le désormais ex-leader Monaco (4-0), il faudra aux hommes de Pablo Correa beaucoup plus que de la solidarité et le soutien inconditionnel du public que l'on a pu constater jusqu'à présent à Marcel-Picot. Presser, percuter, combiner, tenter seront les maîtres mots. Comptons pourquoi pas aussi sur le fait que Lucien Favre effectue quelques roulements dans son effectif dans la perspective du match de Ligue Europa que Nice jouera jeudi en Russie face à Krasnodar. 

Publiez votre pronostic du résultat du match + l'identité du premier buteur (toute équipe confondue) avant le coup d'envoi de la rencontre en commentaire non anonyme.

#ASNLOGCN

Résumés des précédents matches de l'ASNL :
6e journée : Bastia-Nancy (0-0)
4e journée : Lorient-Nancy (0-2)
3e journée : Nancy-Guingamp (0-2)
2e journée : Rennes-Nancy (2-0)

Résumexpress : Bastia - ASNL (0-0)

Mika Chrétien au duel pour son premier match de la saison en L1

L1 - J6 - #SCBASNL - En cette veille d'automne, c'est grand ciel bleu au-dessus de Marcel-Picot, sauf que le match a lieu... sur la mare embouée de Furiani - Pour son 1100e match dans l'élite, Nancy blinde sa défense devant Assembé avec un 5-2-3 - Après 3 matches sans recrues alignées, elles sont 4 au coup d'envoi pour ce déplacement en Corse - Lenglet est entouré de Cabaco et Chrétien - Cetout récupère son aile droite, Badila l'opposée - L'ex-Ajaccien Marchetti est associé à l'indécrottable Aït Bennasser au milieu - Trio d'attaque tout propre avec Koura, Mandanne et Dalé - Pablo Correa a prévenu que Nancy ne viendrait pas que pour défendre, mais très vite l'on réalise que ses joueurs n'ont pas dû être attentifs sur ce point de consigne - Faute d'espace, Diallo allume un pétard des 20 mètres qu'Assembé repousse d'une manchette - Saint-Maximin s'essaie à la parabolique lointaine - Cabaco transpire l'école uruguayenne : costaud, tacleur, physique - MT (0-0) - Bastia peine à bouger le bloc compact des rouge et blanc. Tu m'étonnes, c'est la copie conforme du bus garé devant le but façon Mourinho - La mobylette Saint-Maximin déborde l'arrière-garde nancéienne, c'est sans compter sur la vigilance d'Assembé qui boxe et re-boxe - Un peu de déchet, mais Aït Bennasser est à la fois le piston et la courroie de transmission à Nancy - Cette pelouse ne ressemble même plus à un bourbier mais aux tranchées de Verdun - Petite frappounette de Dalé qui réchauffe à peine Leca - Dia entre avec la tunique nancéienne sur les épaules : une première depuis plus de six ans. Tout de suite il accélère... puis disparaîtra - 88' Le gardien bastiais pète un câble. Ce fada de Leca, à plus de 30 mètres de son but et le long de la ligne de touche, tente le tout pour le tout en balançant... à peu près devant. Plein axe depuis le rond central, à plus de 50 mètres du but adverse, Marchetti reprend d'une demi-volée du gauche. Le ballon échoue à quelques encablures des filets. Le hold-up parfait est loupé d'un poil - Score final 0-0 - Les + côté Nancy : 3e match sans défaite synonyme de sortie de la zone rouge, une défense restée compacte grâce notamment aux arrivées sérieuses de Cabaco et Chrétien, belles prestations de Aït Bennasser et Assembé - Les - : à l'image d'un trident (in)offensif invisible ce soir (Mandanne et Koura hors sujet), Nancy n'a que de très rares occasions de marquer, ce qui représente le principal souci pour l'avenir - Il sera ainsi bien difficile de ne pas retourner sous la ligne de flottaison dès dimanche après la réception du nouveau leader... l'OGC Nice de Balotelli.


Résumés des précédents matches de l'ASNL :
4e journée : Lorient-Nancy (0-2)
3e journée : Nancy-Guingamp (0-2)
2e journée : Rennes-Nancy (2-0)