vendredi 27 juillet 2012

Ruée vers l'Or

Que l'équipe de France olympique revienne de Londres mieux lestée qu'avec ses 41 breloques de la moisson pékinoise de 2008 n'est pas acquis; ce en dépit d'une belle colonie et d’ambitions élevées en terres british. En revanche, qu'elle ramène a minima UNE médaille d'or est aussi certain que l'astre dorée cognera demain... quelque part. Alors, une clinquante, brillante, lourde et éternelle Gold Medal à rapporter de ces troisièmes JO de Londres - les 27e tout court -, est couru (nagé, combattu, boxé, marqué, sauté ??) d'avance. Mais ce métal adORé, pour lequel de nos braves l'attribueriez-vous s'il ne devait être que d'une modique unité

A vous de choisir parmi quantité de favoris qui ont tout à gagner (Riner, Lavillenie) mais à perdre aussi (Estanguet, Absalon, les handballeurs), de champions qui auront fort à faire (Lemaître, les équipes féminines de sport co, les nageurs), les chercheurs de rédemption (Manaudou). Ainsi, exprimez votre ferveur par le biais du formulaire de sondage ci-contre (et/ou sur Facebook), et si le chouchou des favoris l'emportait, il n'y a guère de doutes qu'il deviendrait personnalité préférée 2012 des Français. Marseillaise!


samedi 30 juin 2012

EURO 2012 - Prono du 01/07 : la finale Espagne-Italie

La compétition se ponctue ce dimanche par une finale très méditerranéenne qui sent bon l'été. Avec ce denier match, voici un rappel de la réglementation en vigueur du glorieux concours de pronostics.

Précisions des règles à partir des Quarts de finale :

  • Vainqueur ou match nul trouvé à l'issue du "temps réglementaire" (tr) = 2 points
  • Aucun résultat trouvé mais identité correcte de l'équipe qualifiée : 1 point
  • Score exact trouvé à l'issue du "temps réglementaire" = 1 point supplémentaire
  • En cas de pronostic match nul à l'issue du "temps réglementaire", vainqueur ou match nul trouvé "après prolongations" (ap) = 1 point supplémentaire
  • Score exact trouvé "après prolongations" = 1 point supplémentaire
  • En cas de match nul "après prolongations", désignation du vainqueur aux "tirs au but" (tab) = 1 point supplémentaire
  • Important : si votre vote ne précise pas "tr" (temps réglementaire) ou "ap" (après prolongations), il sera considéré comme "tr". 
  • Exemple de validation de pronostic : "2 à 1 pour la Belgique contre la Suisse". Si la Belgique s’impose 2-1 après prolongations à l'issue d'un match nul 1-1 dans le temps réglementaire, alors le vote ne rapporte aucun point.

Match 31 (Finale) (dimanche 01/07 à 20h45)
Espagne 4-0 Italie

jeudi 28 juin 2012

EURO 2012 - Prono du 28/06 : Allemagne-Italie

La compétition aborde les choses tout à fait sérieuses avec la phase de matches à élimination directe et l'éventualité de prolongations voire de tirs aux buts. La réglementation du glorieux concours de pronostics évolue en la circonstance.

Précisions des règles à partir des Quarts de finale :

  • Vainqueur ou match nul trouvé à l'issue du "temps réglementaire" (tr) = 2 points
  • Aucun résultat trouvé mais identité correcte de l'équipe qualifiée : 1 point
  • Score exact trouvé à l'issue du "temps réglementaire" = 1 point supplémentaire
  • En cas de pronostic match nul à l'issue du "temps réglementaire", vainqueur ou match nul trouvé "après prolongations" (ap) = 1 point supplémentaire
  • Score exact trouvé "après prolongations" = 1 point supplémentaire
  • En cas de match nul "après prolongations", désignation du vainqueur aux "tirs au but" (tab) = 1 point supplémentaire
  • Important : si votre vote ne précise pas "tr" (temps réglementaire) ou "ap" (après prolongations), il sera considéré comme "tr". 
  • Exemple de validation de pronostic : "2 à 1 pour la Belgique contre la Suisse". Si la Belgique s’impose 2-1 après prolongations à l'issue d'un match nul 1-1 dans le temps réglementaire, alors le vote ne rapporte aucun point.

Match 30 (Demi finale) (jeudi 28/06 à 20h45)
Allemagne 1-2 Italie

mercredi 27 juin 2012

EURO 2012 - Prono du 27/06 : Portugal-Espagne

La compétition aborde les choses tout à fait sérieuses avec la phase de matches à élimination directe et l'éventualité de prolongations voire de tirs aux buts. La réglementation du glorieux concours de pronostics évolue en la circonstance.

Précisions des règles à partir des Quarts de finale :

  • Vainqueur ou match nul trouvé à l'issue du "temps réglementaire" (tr) = 2 points
  • Aucun résultat trouvé mais identité correcte de l'équipe qualifiée : 1 point
  • Score exact trouvé à l'issue du "temps réglementaire" = 1 point supplémentaire
  • En cas de pronostic match nul à l'issue du "temps réglementaire", vainqueur ou match nul trouvé "après prolongations" (ap) = 1 point supplémentaire
  • Score exact trouvé "après prolongations" = 1 point supplémentaire
  • En cas de match nul "après prolongations", désignation du vainqueur aux "tirs au but" (tab) = 1 point supplémentaire
  • Important : si votre vote ne précise pas "tr" (temps réglementaire) ou "ap" (après prolongations), il sera considéré comme "tr". 
  • Exemple de validation de pronostic : "2 à 1 pour la Belgique contre la Suisse". Si la Belgique s’impose 2-1 après prolongations à l'issue d'un match nul 1-1 dans le temps réglementaire, alors le vote ne rapporte aucun point.

Match 29 (Demi finale) (mercredi 27/06 à 20h45)
Portugal 0-0 (ap), 2-4 (tab) Espagne

dimanche 24 juin 2012

Les maux Bleus

Voilà, c'est fini. Battue par l'Espagne dans un match plus terne qu'un ciel gris, la France est éliminée de l'Euro 2012 dès les quarts de finale (0-2). Au regard de la hiérarchie mondiale actuelle, c'est un résultat sans surprise, car quoi de plus logique que de perdre face au double champion d'Europe et du monde lorsque l'on est seulement la seizième nation sur l’échiquier international, laquelle se relève tout juste de deux phases finales apocalyptiques. Ce pourrait même être un résultat encourageant, voire honorable. Mais y'a un hic, car non, la réalité n'est pas si doucereuse, mais tellement douloureuse. Et il nous faut tous l'affronter, pour le bien à venir de cette équipe de France derechef à l'agonie.

Même à l'arrêt, les Espagnols sont devant
Depuis l'An 2000 et un exceptionnel but en or de David Trezeguet qui nous offrait le championnat d'Europe dans la foulée de la coupe du monde 1998, qu'avons-nous vu de positif dans le jeu et l'attitude des Bleus ? Peu, trop peu de choses.
Le résultat d'hier soir à Donetsk est une nouvelle caillasse à un édifice en permanence chancelant qui semble durablement incapable à se stabiliser, à exister. Sur le terrain, à l'aune de l'étonnante et extrême passivité affichée par des Espagnols qui se sont contentés de gérer (ils ont peut-être dérouler, mais n’étaient sans doute pas si sereins que cela), l'absence de détermination des joueurs français a sauté aux yeux, a choqué donc. Où l'on constate tristement que la défaite face à la Suède les a accablés, alors qu'elle était supposée avoir un effet catalyseur dans la perspective d'un match à élimination directe face au plus prestigieux des adversaires. Tout comme les entrées en jeu de Samir Nasri et Jérémy Ménez en seconde mi-temps, censées (ré-)animer les offensives et déséquilibrer le bloc hyper compact de la Roja, ne furent que pétards mouillés, rien - ni individu, ni tactique - n'a pu changer une issue d'une fatalité consternante qui est sans affinité avec l'enjeu sportif originel : indécision et abnégation.
Avec seulement deux joueurs au rôle offensif dans la composition de départ (Ribéry et Benzema) contre une armada de joueurs repliés sur eux-mêmes et le but de Lloris (Debuchy reconverti en ailier droit et en réalité en doublon de Réveillère comme arrière-droit), les Bleus n'avait qu'un plan en tête, celui de ne pas encaisser de but (ou pas en première mi-temps en tout cas) et escompter en planter un en contre. Voici une ambition pusillanime à souhait et anti-conventionnel qui laissait peu de place à l'espoir alors que notre côte était déjà bien basse. Et dès lors que l'Espagne marquait sur sa première attaque (à la 19e minute), le dénouement de la rencontre ne pouvait être que déjà scellé. Nous tenions jusque là, mais depuis belle lurette pas plus inspirés sur les phases défensives que dans le camp adverse, nous avons donc baissé pavillon dès la première mise à l'épreuve. Quelle faiblesse. Cette impuissance, les Bleus l'ont alimentée tous seuls, se montrant d'un laxisme alarmant sur leur repli, à l'image d'un Florent Malouda au pas et d'un Yann M'Vila gambadant dans l'axe du terrain, pendant que Xabi Alonso, tel un dératé, avalait les décimètres qui le séparaient de la surface de réparation pour se délecter d'un maître coup de tête qui crucifiait notre portier sans gardes. La différence est là, les uns se veulent décideurs quand les autres n'ont pas d'autre personnalité que celle de subir. C'est un sort pénible, mais un juste sort.

En dépit d'un Franck Ribéry incisif mais imprécis, et meilleur Français du tournoi avec Lloris, et d'un Laurent Koscielny qui à lui seul a fait ce qu'on attendait de la paire obsolète Rami-Mexès, à savoir des interventions tranchantes, un placement juste et des relances propres, on a bien saisi que l'implication individuelle des joueurs fut insuffisante et donc fautive pour des professionnels. Les choix du sélectionneur laissent également sceptique. Pourquoi un schéma si défensif ? Pourquoi pas de remplacement dès la mi-temps au lieu de laisser le chronomètre s'égrainer ? Pourquoi Mathieu Valbuena, en pleine forme et toujours assidu aux tâches défensives n'a-t-il pas joué une seule minute sur cet Euro ? Et aussi pourquoi et comment des réactions d'après-match si peu cohérentes ? Extraits. "Il a manqué peut-être un peu d'ambition, de justesse technique aussi. Mais les garçons ont tout donné" a analysé Laurent Blanc, qui reconnait là ses lacunes et se plante sur la prestations de ses joueurs qui se montrent encore moins clairvoyants : "On a bien joué" (Karim Benzema), "Malheureusement il n'a pas manqué grand-chose en deuxième mi-temps (...). Il n'y a pas à rougir" (Hugo Lloris), "On n'a pas à avoir beaucoup de regrets, surtout par rapport au match de l'Espagne. Je pense qu'on a fait un bon match" (Franck Ribéry).

Si tout le staff est aussi peu lucide et amnésique, ce qui est une forme de déni des responsabilités de chacun, alors faut-il changer à nouveau de staff ? Quant aux joueurs, il va falloir repenser la présence de certains pour les prochaines joutes (éliminatoires de la coupe du monde 2014 dès septembre) d'autant que des comportements individualistes ou inacceptables font réfléchir. Hatem Ben Arfa a semblé signifier son mécontentement de ne pas avoir joué, Yann M'Vila, remplacé justement à dix minutes de la fin, n'a pas eu l'air de trouver cela normal. Quant à Samir Nasri (Monsieur "Ferme ta gueule!" quand il marque), il a un peu plus creusé son tombeau en Bleu en insultant un journaliste en coulisses avec la même véhémence dégradante que celle de Nicolas Anelka qui avait agressé verbalement Raymond Domenech en Afrique du Sud.

Cet Euro devait être une étape vers la reconstruction. Trop de voyants sont 
aujourd’hui au rouge pour penser que l'atteinte des quarts de finale est un motif de satisfaction. Nous avons battu la seule Ukraine, manifestement la plus faible équipe du tournoi avec la Pologne, l'autre pays organisateur. Ce n'est rien de sensible. L'été sera chaud à la Fédé.

Parce que l'équipe de France de demain sera forcément différente de celle-ci, C
ocoricouac se chargera prochainement de lancer le chantier de rénovation, et vous en serez les artisans. Préparez-vous.


A lire sur le même thème sur Cocoricouac :
- "Un ascenseur, pour l'échafaud ?" (résumé France-Suède : 0-2)
- "La France éteint le réacteur ukrainien" (résumé France-Ukraine : 2-0)
- "Les Bleus de chauffe n'ont pas suffi" (résumé France-Angleterre : 1-1)
- "EURO-résurrection" (présentation Euro 2012)


Article modifié le 24 juin 2012 à 13h21.

EURO 2012 - Prono du 24/06 : Angleterre-Italie

La compétition aborde les choses tout à fait sérieuses avec la phase de matches à élimination directe et l'éventualité de prolongations voire de tirs aux buts. La réglementation du glorieux concours de pronostics évolue en la circonstance.

Précisions des règles à partir des Quarts de finale :

  • Vainqueur ou match nul trouvé à l'issue du "temps réglementaire" (tr) = 2 points
  • Score exact trouvé à l'issue du "temps réglementaire" = 1 point supplémentaire
  • En cas de pronostic match nul à l'issue du "temps réglementaire", vainqueur ou match nul trouvé "après prolongations" (ap) = 1 point supplémentaire
  • Score exact trouvé "après prolongations" = 1 point supplémentaire
  • En cas de match nul "après prolongations", désignation du vainqueur aux "tirs au but" (tab) = 1 point supplémentaire
  • Aucun résultat trouvé mais identité de l'équipe qualifiée correcte : 1 point
  • Important : si votre vote ne précise pas "tr" (temps réglementaire) ou "ap" (après prolongations), il sera considéré comme "tr". 
  • Exemple de validation de pronostic : "2 à 1 pour la Belgique contre la Suisse". Si la Belgique s’impose 2-1 après prolongations à l'issue d'un match nul 1-1 dans le temps réglementaire, alors le vote ne rapporte aucun point.

Match 28 (Quart de finale) (dimanche 24/06 à 20h45)
Angleterre 0-0 (tr), 0-0 (ap), 2-4 (tab) Italie

samedi 23 juin 2012

EURO 2012 - Prono du 23/06 : Espagne-France

La compétition aborde les choses tout à fait sérieuses avec la phase de matches à élimination directe et l'éventualité de prolongations voire de tirs aux buts. La réglementation du glorieux concours de pronostics évolue en la circonstance.

Précisions des règles à partir des Quarts de finale :

  • Vainqueur ou match nul à l'issue du "temps réglementaire" (tr) = 2 points
  • Score exact à l'issue du "temps réglementaire" = 1 point supplémentaire
  • En cas de pronostic match nul à l'issue du "temps réglementaire", vainqueur ou match nul "après prolongations" (ap) = 1 point supplémentaire
  • Score exact "après prolongations" = 1 point supplémentaire
  • En cas de match nul "après prolongations", désignation du vainqueur aux "tirs au but" (tab) = 1 point supplémentaire
  • Important : si votre vote ne précise pas "tr" (temps réglementaire) ou "ap" (après prolongations), il sera considéré comme "tr". 
  • Exemple de validation de pronostic : "2 à 1 pour la Belgique contre la Suisse". Si la Belgique s’impose 2-1 après prolongations à l'issue d'un match nul 1-1 dans le temps réglementaire, alors le vote ne rapporte aucun point.

Match 27 (Quart de finale) (samedi 23/06 à 20h45)
Espagne 2-0 France

vendredi 22 juin 2012

EURO 2012 - Prono du 22/06 : Allemagne-Grèce

La compétition aborde les choses tout à fait sérieuses avec la phase de matches à élimination directe et l'éventualité de prolongations voire de tirs aux buts. La réglementation du glorieux concours de pronostics évolue en la circonstance.

Précisions des règles à partir des Quarts de finale :

  • Vainqueur ou match nul à l'issue du "temps réglementaire" (tr) = 2 points
  • Score exact à l'issue du "temps réglementaire" = 1 point supplémentaire
  • En cas de pronostic match nul à l'issue du "temps réglementaire", vainqueur ou match nul "après prolongations" (ap) = 1 point supplémentaire
  • Score exact "après prolongations" = 1 point supplémentaire
  • En cas de match nul "après prolongations", désignation du vainqueur aux "tirs au but" (tab) = 1 point supplémentaire
  • Important : si votre vote ne précise pas "tr" (temps réglementaire) ou "ap" (après prolongations), il sera considéré comme "tr". 
  • Exemple de validation de pronostic : "2 à 1 pour la Belgique contre la Suisse". Si la Belgique s’impose 2-1 après prolongations à l'issue d'un match nul 1-1 dans le temps réglementaire, alors le vote ne rapporte aucun point.

Match 26 (Quart de finale) (vendredi 22/06 à 20h45)
Allemagne 4-2 Grèce

EURO 2012 - Prono du 21/06: Portugal - Tchéquie


La compétition aborde les choses tout à fait sérieuses avec la phase de matches à élimination directe et l'éventualité de prolongations voire de tirs aux buts. La réglementation du glorieux concours de pronostics évolue en la circonstance.

Précisions des règles à partir des Quarts de finale :

  • Vainqueur ou match nul à l'issue du "temps réglementaire" (tr) = 2 points
  • Score exact à l'issue du "temps réglementaire" = 1 point supplémentaire
  • En cas de pronostic match nul à l'issue du "temps réglementaire", vainqueur ou match nul "après prolongations" (ap) = 1 point supplémentaire
  • Score exact "après prolongations" = 1 point supplémentaire
  • En cas de match nul "après prolongations", désignation du vainqueur aux "tirs au but" (tab) = 1 point supplémentaire
  • Important : si votre vote ne précise pas "tr" (temps réglementaire) ou "ap" (après prolongations), il sera considéré comme "tr". 
  • Exemple de validation de pronostic : "2 à 1 pour la Belgique contre la Suisse". Si la Belgique s’impose 2-1 après prolongations à l'issue d'un match nul 1-1 dans le temps réglementaire, alors le vote ne rapporte aucun point.

Match 25 (Quart de finale) (jeudi 21/06 à 20h45)
République Tchèque 0-1 Portugal

mercredi 20 juin 2012

Un ascenseur, pour l'échafaud ?


Bada boom, tsouin tsouin !! L'équipe de France s'est sévèrement inclinée face à la Suède hier soir à Kiev (0-2). Ce revers net et inattendu est lourd de constats alarmants, mais il ne doit pas occulter l'effet immédiat qu'il octroie à des Bleus paralysés : la qualification pour les quarts de finale qu'ils étaient venus chercher.

Finalement seconde du groupe D derrière une Angleterre qui n'a pas flanché face à l'Ukraine qui pouvait elle aussi passer en cas de victoire (1-0), la France s'attaquera samedi soir à ce qui se fait aujourd'hui de mieux en terme de fluidité collective, d'inspiration, de persévérance, de comportement et de résultats (soit en quelque sorte l'opposé d'une France sans certitudes) : l'Espagne, championne d'Europe et du monde en titre. Il faudra être convaincu qu'une victoire est possible, car elle l'est, toujours, mais il faudra surtout prendre ses responsabilités sur le terrain en se transcendant, sous peine de se muer en taureau égaré et sanguinolent au milieu de la corrida.

A qui perd gagne entre les n° 10 Ibra et Benzema

Il aura donc fallu tomber sur une équipe de Suède officiellement éliminée avant le coup d'envoi de la rencontre, mais déterminée comme jamais à rentrer dignement à la maison, pour interrompre la jolie série de 23 matchs sans défaite de l'ère Laurent Blanc. Les séries ont toute une fin qui intervient souvent au pire des moments, lors des matchs couperets de phases finales. Les tricolores pourront en l'occurrence se satisfaire de constater que cet échec n'interfère pas avec leur destin possible dans un match où, d'emblée comme au final, l'obligation de gagner ne s'imposait pas. C'est un luxe plus que précieux de pouvoir s'adonner ainsi à la défaite sans conséquence mathématique. Mais que la manière fut minable. Bousculée tout au long de la partie, dans chaque zone du terrain, par des Scandinaves forts dans les duels et génialement portés par leur leader Zlatan Ibrahimovic (quelle papinade il nous a mis!), la France s'est par la même occasion largement abandonnée à la honte et l'insignifiance. Les conséquences morales et sportives de ces fardeaux pourraient s'avérer bien plus graves et profondes.

Quand Ibrahimovic horizontalise son double mètre pour aller décrocher la victoire, la gloire et l’esthétisme absolu, on applaudit et reconnait ce talent rare de l'un des meilleurs attaquants mondiaux. A l'autre bout de la planète football, côté français, quand Samir Nasri - champion d’Angleterre avec Manchester City - cède enfin sa place à un quart d'heure de la fin d'une partie accablante de transparence, quand Florent Malouda - vainqueur de la Ligue des Champions avec Chelsea - ridiculise ses trente minutes de présence en rendant la copie d'un élève médiocre, quand Philippe Mexès - défenseur central du Milan AC - s'humilie par la surenchère d'erreurs alors qu'il a toute la confiance de son entraîneur, sans évoquer Adil Rami, Hatem Ben Arfa et Yann M'Vila, non distingués sur la pelouse, on enrage.
Gardien d'un édifice en effondrement alors que les échafaudages sont encore apparents, Hugo Lloris a honoré son rang d'exploits incroyables. Mais son capitanat est sans plus value et reflète l'absence de leaders évidente dans ce groupe. C'est peut-être là que se situe le point le plus inquiétant. En effet, les Bleus, en blanc pour cette rencontre, ont sombré individuellement et collectivement au fil du temps, ne nous laissant comme espoir pour la suite que les chevauchées de Franck Ribéry finissent par être efficaces, à défaut d'attendre du joueur du Bayern qu'il mobilise ses coéquipiers. Il sera salvateur que Karim Benzema soit servi dans les espaces et dans la surface, et non pas qu'il soit contraint à descendre au milieu du terrain pour dégourdir des pieds sevrés de balles de but et qui n'ont comme solution que des tentatives lointaines, les plus menaçantes en réalité. Pas de leader mental, pas de vraie hiérarchie technique, alors que les Espagnols le sont tous, ça s'annonce périlleux.

On savait le collectif français perfectible car fragile. Liquéfié par un stress incompréhensible et une incapacité à réagir, on se serait cru retourner en arrière, comme si l'âme putride de la période Domenech avait refait surface à Kiev. Si l'équipe de France a la relative habitude d'inverser des tendances a priori défavorables, l'affiche désormais traditionnelle contre l'Espagne révélera ouvertement notre niveau et nos valeurs. J'ose à croire que de la technique, du coeur et de l'envie nous en possédons toujours. Que ses quelques hérauts que sont Lloris, Clichy, Debuchy et Benzema fassent suivre. Vraiment, maintenant.

A lire sur le même thème sur Cocoricouac :
- "La France éteint le réacteur ukrainien" (résumé France-Ukraine)
- "Les Bleus de chauffe n'ont pas suffi" (résumé France-Angleterre)
- "EURO-résurrection" (présentation Euro 2012)


mardi 19 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 19/06, pour une visite du Quart des Bleus


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 23 (Gr. D) (mardi 19/06 à 20H45)
Suède 2-0 France

MATCH 24 (Gr. D) (mardi 19/06 à 20H45)
Angleterre 1-0 Ukraine

lundi 18 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 18/06, Italie ou Croatie en quarts ?


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 21 (Gr. C) (lundi 18/06 à 20H45)
Croatie 0-1 Espagne

MATCH 22 (Gr. C) (lundi 18/06 à 20H45)
Italie 2-0 Irlande

dimanche 17 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 17/06, un sulfureux Pays-Bas - Portugal


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 19 (Gr. B) (dimanche 17/06 à 20H45)
Portugal 2-1 Pays-Bas

MATCH 20 (Gr. B) (dimanche 17/06 à 20H45)
Danemark 1-2 Allemagne

samedi 16 juin 2012

La France éteint le réacteur ukrainien

Gagner, c'est fait. Dominatrice logique de l'Ukraine hier soir à Donetsk (2-0), l'équipe de France s'est offert un succès précieux dans la course à la qualification pour les quarts de finale, autant qu'un match référence dans sa quête d'une identité nouvelle et d'un statut à retrouver.

Après que les dieux du tonnerre ont décidé de saccager la Donbass Arena et le début de soirée en déclenchant l’apocalypse qui engendrait une interruption de match au bout de cinq minutes de jeu et un report de la rencontre d'une heure, ceux du football, plus sages, offraient leur bienveillance à l'équipe de France. Avides de victoires, de repères et de confiance, les Bleus n'ont pas trahi la confiance et l’espoir que leur sélectionneur avait placé en eux depuis un match nul encourageant contre les Anglais quatre jours plus tôt.

Yohan Cabaye s'installe confortablement en Bleu

Sous la coupe d'un Franck Ribéry de feu qui retrouve enfin le niveau qui a forgé sa réputation sous le maillot au coq (lors de l'épopée du Mondial allemand de 2006) et d'un milieu de terrain puissant, éclairé et supérieur (à l'image du buteur Yohan Cabaye et de son acolyte Alou Diarra), les tricolores ont imposé leur projet à un adversaire qu'ils ont su anesthésier (la première période fut stérile et bleue), dynamiter (les deux buts sont intervenus en moins de cinq minutes) puis contenir au moment du réveil discret et vain des Bleu et Jaune. Les arrières latéraux Gaël Clichy et Mathieu Debuchy ont globalement maîtrisé leur couloir pour apporter leur contribution aux phases offensives longtemps restées brouillonnes et inefficaces en raison de mouvements au ralenti et du privilège laissé aux phases individuelles. Mais c'est bien par un développement collectif qu'allait venir le salut. Orphelin de ballons chauds dans les seize mètres, Karim Benzema sait changer de registre et se rendre différemment disponible pour l'intérêt commun. C'est ainsi qu'il a offert les deux ballons de buts à ses équipiers. Le Madrilène n'a toujours pas marquer dans cet Euro quand les Mario Gomez et Fernando Torres en sont à deux unités au moins ? Qu'importe. Dans le milieu gelé du hockey-sur-glace, le passeur est tout autant honoré que le finisseur, alors soulignons l'efficacité altruiste de celui qui fut l'un des meilleurs sur la pelouse.
Nous voilà rassurés et satisfaits. Partiellement cela va sans dire, puisque au-delà du résultat brut avantageux et mérité, tout ne fut pas parfait. Et si l'idéal n'existe pas, les chantiers demeurent conséquents pour remonter le courant de la hiérarchie continental qui consisterait à minima à accéder au dernier carré.

La défense tant décriée a gagné une bataille en gardant inviolée la cage de Lloris - lequel a tout de même dû s'employer face à Schevchenko -, mais notre binôme de centraux Rami-Mexès inquiète toujours autant. Ce sont ses carences - non pas dans sa complémentarité (quoique) - dans certaines inspirations et tentatives personnelles totalement hors sujet qui s'affichent. Si ces deux-là se mettent à faire leurs bourdes sur les mêmes actions, l'ami Lloris ne pourra sans doute pas faire des miracles à chaque fois. C'est pourquoi la titularisation de Laurent Koscielny doit être envisagée. Son jeu simple et précis, son rendement et sa condition physique actuels aperçus face à la Serbie et l'Estonie jouent nettement en sa faveur. Un paradoxe concerne certains autres joueurs comme Samir Nasri et Jérémy Ménez. Les vagues bleues, censées être déclenchées par le premier, ne l'ont pas vraiment impliqué. Malgré son but au caractère libérateur face à l'Angleterre, le joueur de Manchester City, pourtant replacé dans l'axe, n'a guère pesé sur le jeu, ce qui lui confère une influence lunatique et donc une présence d'emblée à repenser. Quant au second, il fut égal à ce que l'on sait de lui. Le Parisien, percutant et déstabilisant autant qu'approximatif et gaspilleur, a croqué des occasions très franches déclenchant l'impatience réprobatrice des supporters avant d'ouvrir le score par son talent intact. Lorsque à l'abord du dernier quart d'heure le onze de Blokhine lançait ses dernières cartouches velléitaires pour restaurer l'honneur d'un stade accablé par une défaite indiscutable, l'ancien sochalien se montrait insuffisant dans ses efforts et son repli défensif. Un comportement qu'il faudra très vite modifier sous peine de s'avérer préjudiciable pour l'équipe.

Cette victoire avec deux buts d'écart est bel et bien méritée; les hommes de Laurent Blanc ayant obtenu pas loin d'une dizaine d'occasions nettes. Elle s'est dessinée par la cristallisation de progrès décrits plus haut. Elle a également été rendue possible par le profil de l'opposant. Comme pressenti suite à la victoire d'entrée contre la Suède, l'Ukraine s'est peut-être vu trop grande dans son bel écrin tout jaune de Donetsk, dorlotée par un peuple en transe et enjolivée par l'exploit initial de sa vedette Andreï Schevchenko. Elle semblait irradier, la voilà calmée par les Français. Redescendue sur terre, elle devra éviter de se faire enterrer par le retour affamé de Wayne Rooney et son Angleterre.

Une superbe victoire finalement qui sera pleine de sens et d'avenir si l'ultime rencontre de ce groupe D face à une Suède déjà écartée des quarts lui fait écho (mardi soir à 20h45). Ce France-Ukraine était un déclic; le France-Suède devra être un détonateur voué à transporter les Bleus bien plus loin. 


On apprendra plus tard que Thierry Rolland s'était éteint. A quel moment de la journée ? Le commentateur historique et controversé du football français, privé d'Euro pour maladie, viscéralement épris de cette équipe de France a pu choisir son heure. Et patienter jusqu'au bout de la nuit perturbée de Donetsk pour s'offrir une délivrance commune avec celle des Bleus. Souhaitons-lui un repos éternel.

A lire également :
- "Les Bleus de chauffe n'ont pas suffi" (analyse du match France-Angleterre)
- "EURO-résurrection" (présentation Euro 2012)


EURO 2012 - Pronos du 16/06, la Pologne n'a plus le choix


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 17 (Gr. A) (samedi 16/06 à 20H45)
Grèce 1-0 Russie

MATCH 18 (Gr. A) (samedi 16/06 à 20H45)
République Tchèque 1-0 Pologne

vendredi 15 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 15/06, la France pour une victoire à l'extérieur


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 15 (Gr. D) (vendredi 15/06 à 18H)
Ukraine 0-2 France

MATCH 16 (Gr. D) (vendredi 15/06 à 20H45)
Suède 2-3 Angleterre

jeudi 14 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 14/06, Envol espagnol attendu sur Ryanair


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 13 (Gr. C) (jeudi 14/06 à 18H)
Italie 1-1 Croatie

MATCH 14 (Gr. C) (jeudi 14/06 à 20H45)
Espagne 4-0 Irlande

mercredi 13 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 13/06, Hollandais et Portugais sous pression


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 11 (Gr. B) (mercredi 13/06 à 18H)
Danemark 2-3 Portugal

MATCH 12 (Gr. B) (mercredi 13/06 à 20H45)
Pays-Bas 1-2 Allemagne

mardi 12 juin 2012

Les Bleus de chauffe n'ont pas suffi

L'équipe de France n'aura donc pas manqué son entrée dans cet Euro 2012, celui du rachat. En partageant les points (1-1) avec une Angleterre très regroupée (et a priori rival le plus redoutable du groupe D), elle n'a pas failli, mais peut nourrir pas mal de regrets tant son emprise technique, collective et individuelle sur la rencontre fut éloquente.


Ce premier match de poule, la France le jouant traditionnellement la bride au cou (voire la peur au ventre), le match nul en devient inéluctable (surtout quand l'adversaire ne prend aucun risque, comme les Anglais bien sûr). Ce fut déjà le cas lors des trois dernières grandes compétitions internationales, pour des destinées disparates. 
Les cicatrices de 2008 et 2010 sont intactes alors que les Bleus de Domenech avaient enchaîné leur premier nul par deux défaites fatales, là où des victoires étaient impératives et annoncées. C'est plutôt le modèle 2006 qu'il faudrait alors répéter, même s'il serait préférable de ne pas revivre la tension qui avait pesé sur le troisième match gagné à l'arrachée contre le Togo (2-0), après deux matchs nuls laborieux.

Quelque peu hypnotisés par des Anglais attentistes et concentrés, orphelins de Rooney suspendu mais dignement guidés par  l'éternel Gerrard, les Français ne voulaient certainement pas perdre. Et comme ils n'ont plus l'habitude de gagner de match important, ils se montraient très prudents. Laurent Blanc étant cependant parvenu durant les éliminatoires à ré-insuffler l'esprit du jeu et de conquête à la française (celui qui a récompensé nos plus grandes générations) conforté par trois matches amicaux efficaces, la progression collective et durable commençait à s'afficher sur la pelouse. Le but assassin de Lescott, ouvrant la marque, était un test. En revenant très vite au score et avant la pause grâce à l'inspiration enfin réaliste de Nasri (rappelons-lui que c'est quand même pas beau de dire des gros mots surtout qu'il y a des enfants devant la télé; au moins un en tout cas), nos Bleus prouvaient qu'ils avaient un gros mental. Et ça, c'est tellement bon et nécessaire. La seconde période serait du même acabit. Déstabiliser un bloc compact sans s'exposer au contre, ça se travaille et c'est très complexe (on a vu l'Espagne galérer face à l'Italie), surtout quant les remplacements arrivent aussi tardivement. Etant donné le contexte climatique (il a fait très chaud), la lourdeur des Anglais, et la profondeur de notre banc, il aurait pu être intéressant de lancer Ben Arfa et Martin (et un troisième soldat) avant la 85e minute. Sur ce coup là, je ne suis pas très satisfait de vous, Monsieur le Président, sachez le. 
Mais à l'image de l'envie qui a transpiré dans le camp tricolore hier à Donetsk au travers des accélérations incessantes de Ribéry, des combinaisons perfectibles et prometteuses Nasri-Benzema, des certitudes retrouvées de Mexès, de l'explosivité de Diarra dans l'entre-jeu (en attendant M'Vila), du sérieux d'Evra (il était temps), bref : de onze bonhommes à l'unisson, on peut être optimiste. On est surtout affamé.

L'appétit venant en mangeant, ne reste plus à la gnaque de Diarra, la sérénité de Malouda, la maîtrise de Lloris, aux guibolles de Ribéry, aux coups de pattes de Nasri et au génie de Benzema de faire la différence (pour de vrai cette fois) ce vendredi contre l'hôte ukrainien. En dépit d'un groupe au niveau douteux, la bande à Chevtchenko a d'ores et déjà réussi son tournoi en battant la Suède hier soir (2-1). Les Bleus devront "profiter" de cette confiance déplacée et d'une ambiance hostile pour imposer leur marque face à cet adversaire qui lui réussit toujours bien; et prendre position pour la suite de la compétition. Mais ça, c'est de la littérature.


A lire sur le même thème sur Cocoricouac :

EURO 2012 - Pronos du 12/06, la Pologne doit accélérer


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 9 (Gr. A) (mardi 12/06 à 18H)
Grèce 1-2 République Tchèque

MATCH 10 (Gr. A) (mardi 12/06 à 20H45)
Pologne 1-1 Russie

lundi 11 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 11/06, les Bleus enfin en piste


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 7 (Gr. D) (lundi 11/06 à 18H)
France 1-1 Angleterre

MATCH 8 (Gr. D) (lundi 11/06 à 20H45)
Ukraine 2-1 Suède

dimanche 10 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 10/06, un choc latin


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 5 (Gr. C) (dimanche 10/06 à 18H)
Espagne 1-1 Italie

MATCH 6 (Gr. C) (dimanche 10/06 à 20H45)
Irlande 1-3 Croatie

samedi 9 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 09/06


L'Euro 2012 de foot, nous y sommes! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire (pas d'anonyme);
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 3 (Gr. B) (samedi 09/06 à 18H)
Pays-Bas 0-1 Danemark

MATCH 4 (Gr. B) (samedi 09/06 à 20H45)
Allemagne 1-0 Portugal

vendredi 8 juin 2012

EURO 2012 - Pronos du 08/06

L'Euro 2012 de foot, nous y sommes ! Si l'on s'interroge d'emblée de savoir si l'Espagne créera l'exploit de conserver son titre continental, et si la France accomplira celui de sortir de sa poule (ça n'avait été le cas ni en 2008 ni en 2010), savourons d'abord chaque match et endossons la tenue de bookmaker avant celle de supporter.

Voici les règles de ce jeu de pronostics pour la gloire et rien d'autre : 
  • vous postez votre score et l'identité du vainqueur en commentaire;
  • votre vote doit être impérativement publié avant le coup d'envoi de chaque match;
  • chaque score exact trouvé rapporte 3 points;
  • le juste vainqueur trouvé sans le score exact rapporte 2 points;
  • un match nul trouvé sans le score exact rapporte 2 points.

MATCH 1 (Gr. A) (vendredi 08/06 à 18H)
Pologne 1-1 Grèce

MATCH 2 (Gr. A) (vendredi 08/06 à 20H45)
Russie 4-1 République Tchèque

jeudi 7 juin 2012

EURO-résurrection

De l'Afrique du Sud à l'Ukraine, de Knysna à Donetsk, de la Coupe du Monde 2010 à l'Euro 2012, de l'enfer à la rédemption exigée, c'est l'heure de la sortie du coma.

Pour Cocoricouac parle foot tout d'abord qui sombrait dans le néant et l'anonymat absolu un soir de juillet 2010 qui avait mondialement sacré un merveilleux football espagnol jusqu'alors incroyablement puceau, ce au nez et à l'arrogance d'un team néerlandais étonnamment rugueux et donc détestable. Sortie de coma pour l'équipe de France - aussi et surtout - qui avait elle même et toute seule comme une grosse nunuche creusé son propre tombeau à l'issue d'un tournoi sud-africain plus que pitoyable marqué par une honteuse rébellion des joueurs (ils s'en souviennent encore un peu, ça rassure) et, comble de toutes les infamies, en raison de choix, attitudes et discours d'un sélectionneur qui n'avait jamais eu le cran et encore moins l'honnêteté d'enlacer sa parfaite incompétence pour s'en aller avec. C'était il y a seulement deux ans. Dans le sport, c'est un siècle. Et un siècle c'est plus de temps qu'il n'en faut pour changer le monde. Le président Laurent Blanc est alors arrivé; se saisissant vaillamment du flambeau terne et éteint que son canonique et méprisable prédécesseur caressait encore. Le lâche.
L'ancien champion du monde devait relancer une machine encore dorée il y a peu (mais comme je le disais peu, c'est énorme) pour servir l'appétit d'un peuple Bleu qui n'attend que de vibrer.
Sous la houlette d'éliminatoires poussifs dans l'émotion mais efficaces dans les résultats, emballés par trois matchs amicaux réalistes qui enjolivent les statistiques (21 matches sans défaite série en cours, c'est toujours plus noble qu'une victoire en dix matches en 2010), on se prend à y croire. Et espérer, le faut-il, car espérer c'est déjà signe de confiance. Quand bien même les doutes ne manquent pas : la multitude de joueurs de foot de rue qui compose les 23 peut paraître excessive et insuffisamment complémentaire (Ben Arfa, Menez, Valbuena, Nasri, Martin, Ribéry, Malouda, Benzema, Giroud, ça fait du technicien), au détriment de réel(s) leader(s), de "bétonneurs" (attention car Diarra, M'Vila et Matuidi ne sont pas opé à J-4) et de défenseurs centraux dominateurs (mon bon Mexès flippe comme un nouveau-né, Rami... c'est Rami pour ne pas dire Leboeuf), cette jeune et intéressante équipe est en début de vie. Elle a l'air prometteur et n'a qu'à écrire son histoire. Elle doit se persuader qu'elle est là pour cela.

Pour l'inciter, nous pouvons lui souffler que les plus glorieuses conquêtes se forgent sur de grandes batailles. C'est ainsi que l'entame de cette campagne européenne (qui ne se fera pas sur le front russe bien qu'elle en soit géographiquement proche) lui propose un ennemi intime et perfide : l'Angleterre, nation créatrice de ce jeu mais toujours agréablement insignifiante dans ce jeu. Souvenons-nous qu'à l'ouverture de l'Euro 2004, cette même Angleterre avait bien cru battre la France, jusqu'à quelques minutes d'un terme transformé en fresque enivrante grâce au(x) (deux coups de) pied(s) (arrêtés) magique(s) de Zizou, le sauveur démasqué (2-1). En cas de telle situation fâcheuse lundi soir, un Karim  Benzema (parce qu'il ne pourrait s'agir que de lui), si puissant et impressionnant soit-il ces temps-ci, aura-t-il l'aura d'inverser le cours de l'histoire ? Lundi nous verrons, peut-être.


Cours d'Histoire (CM 2010) -
- "Ni génie(s), ni surprise" (France - Uruguay)
- "Responsables et coupable" (France - Mexique)
- "Les chèvres de l'Hexagone" (France - Afrique du Sud)