vendredi 18 juin 2010

Responsables et coupable

Le civisme a ses limites que la colère fait voler en éclats. Ainsi, je ne vous cache pas qu'après la débâcle de Polokwane qui a vu hier soir le Mexique infliger une fessée à la France (2-0), ce n'est plus l'agacement ni l'impatience qui m'entourent, mais un courroux rédhibitoire envers un sélectionneur et son incompétence, des joueurs et leur médiocrité, des dirigeants et leur lâcheté. Éliminés après deux petits matches de compétition (j'écarte volontairement l'hypothèse honteuse et invraisemblable que nous nous qualifiions lors du dernier round face à l'Afrique du Sud mardi car un miracle se provoque, se mérite), l'équipe de France se retrouve dans une position aussi prévisible qu'évitable.

photo : football365.fr

Prévisible incontestablement puisque le déclin amorcé depuis 2006 n'a fait que s'amplifier de phases éliminatoires en phases finales. Après la finale du Mondial 2006 rendue possible par l'euphorie du joueur hors norme qu'était Zidane et un esprit de groupe encore présent en dépit des claques de 2002 et 2004, nous n'avons fait que sombrer, petit à petit et de manière palpable, aux yeux du monde. Qualifiés péniblement pour l'Euro 2008 après deux défaites contre l'Ecosse (0-1, 1-0) et la délivrance contre la Lituanie (2-0) venue d'un Henry à l'époque (encore parfois) décisif, les Bleus se sont écroulés en Suisse avec une équipe de tueurs. Incapables de remuer la Roumanie (0-0), étrillés par de vrais manieurs de ballons comme les Néerlandais (1-4) puis exécutés dans un match couperet face aux champions du mondes italiens (0-2), les tricolores et son staff avaient démontré qu'ils n'étaient plus en mesure - faute de meneur(s) et de caractère - d'inverser des tendances compromises. Plus frais encore est dans nos têtes le parcours de qualification pour cette coupe du monde. La défaite d'entrée contre l'Autriche (3-1) puis les difficultés devant Roumains et Serbes avant l'offense faite en barrage à l'Irlande, aucun supplice n'aura été évité, aucune aisance ni certitudes entr'aperçues. Depuis, 2010 a confirmé la tendance au désastre avec des chiffres alarmants : 6 matches (1 victoire, 2 nuls, 3 défaites), 3 buts marqués pour 7 encaissés. Des statistiques dignes d'une toute petite nation du football, celle que la France est devenue de façon frappante en raison de l'inertie générale.
Domenech voulait oublier 2008 en se mariant à sa promise alors que nous exigions des explications et des réformes. La Fédération Française de Football, de son côté, se voilait la face en lui maintenant officiellement sa confiance en même temps qu'elle le rappelait tout juste à l'ordre quant à l'atteinte de ses objectifs. Bien entendu rien ne changerait plus. Le mal, abyssal, était déjà fait. Trop tard.
En place depuis 2004, Domenech est aujourd'hui le sélectionneur le plus capé de l'histoire de l'équipe de France. Par son obstination à maintenir des joueurs inutiles et en écarter d'autre indispensables, par son incapacité à gérer des hommes, définir des rôles individuels sur le terrain et insuffler un sens collectif au jeu, tout cela sans jamais se remettre en questions et en fanfaronnant face à la presse, il est le plus méprisable. S'il faut rappeler que son seul trophée d'entraîneur est un titre de champion de D2 obtenu avec Lyon... en 1989, alors je m'en charge. Car l'état actuel de délabrement total, absolu, général, ou que sais-je, de l'équipe de France (l'égal des pires périodes, notamment celle des années 1960-1970) est de sa responsabilité. Tout cela pour conclure que les constats d'aujourd'hui sont le fruit des erreurs connues du passé. Ces erreurs étaient prévisibles, programmées. Personne n'a rien empêché. Quelle honte !

Après chaque grande compétition, la génération des joueurs en place change, évolue. Cette fois, elle va exploser et Laurent Blanc - qui prendra ses fonctions dans quelques semaines en lieu et place de l'imposteur du siècle - va avoir affaire à un défit que l'on ne pouvait pas imaginer avoir à relever un jour : trouver une potion magique pour faire gagner les Bleus... contre la Biélorussie, première montagne à franchir en septembre prochain dans la longue course à l'Euro 2012. Aujourd'hui, cette mission serait impossible à réussir, mais demain est le premier jour d'un nouvel espoir...

5 commentaires:

  1. Il fallait perdre, et nous avons perdu... BANCO !

    Payés pour perdre ou incompétents ? la question est posée, et bien réelle, quand on a vu nos joueurs marcher avec le ballon, rater de façon éhontée corners et coups francs...
    Quant au cornac, il n'a rien changé à son organisation quand le premier but a été encaissé, laissant le pachyderme EDF se dandiner pour tenter de toucher le ballon.
    Ecoeurant !!!

    RépondreSupprimer
  2. Hier , dans l'après midi mon enthousiasme , faut il le croire était encore présent bien malgré moi dans mon esprit..je parlerai d'enthousiasme inconscient...il s'imposait parce que quand même bordel! c'est la coupe du monde ! J'ai fait un rêve hier après midi, j'ai fait un rêve et je voyais Domenech qui n'était pas celui que l'on connait...l'homme aux phrases sibyllines à deux balles..non non là dans mon rêve Domenech se révélait être Le grand sorcier du football qui dévoilait aux yeux du monde sa stratégie et son génie..Le Mexique serait la première marche qui mène au triomphe ....si! si! Gringo ! la première marche qui mène au triomphe...j'ai fait un rêve, j'ai fait ce rêve...et puis ...et puis .. le réel n'a pu faire la place qu'au réel et non Domenech n'est pas un grand sorcier qui justifierai son mépris des autres par un génie inaccessible..Mozart peut être méprisant avec la terre entière. Mozart...t'imagine? enfin la bonne nouvelle c'est que je vais pouvoir profiter de la coupe du monde sans trainer un boulet pétris d'espoir refoulés et de déception récurrente...Ah ouais ! j'oubliais MERCI RAYMOND !

    RépondreSupprimer
  3. Certes, je me suis trompé sur l'Uruguay que je ne voyais pas passé ce 1er tour, mais (les collègues de bureau et ma femme peuvent en témoigner!!!)j'ai pronostiqué 2 nuls de la France contre l'Uruguay et L'AFS, plus une défaite contre le Mexique, je suis donc dans le vrai. Et quand, j'ai vu la compo de l'équipe contre le Mexique, j'ai dit ça fera 2 à 0 dans les valises des bleus. Bon! je me lance pour le dernier round qui fera 2 à 2. Stoni a tout dit sur le passé de cette EDF fantôme, et je souhaite bon courage à Laurent Blanc qui je le souhaite, devra faire des coupes sombres en éliminant un maximum de personnes incompétentes (joueurs, staff...). Moi, je ne fais plus de rêve sur cette équipe, car cela fait depuis 2006 que c'est un cauchemar qui va enfin se terminer, il va falloir oublier l'ère Domenech, ce ne sera pas facile car elle aura laissé des traces, mais pour sûr on ne peut pas faire plus nul. J'ai tourné la page avant le mondial et j'ai hâte de voir comment l'EDF va relever la tête en ouvrant un autre débat en me demandant si Laurent Blanc sans grand palmarès de trop jeune entraîneur, est bien l'homme de la situation. Je sais c'est mieux que Domenech. A suivre...

    RépondreSupprimer
  4. Les joueurs n'étaient certainement pas payés pour perdre quand on sait les primes faramineuses qui les attendaient en cas de victoire finale (genre 600.000 Euros par joueur me semble-t-il).
    Tous ces joueurs, piliers dans leur club respectif, sont fautifs mais quand leur absence d'implication saute à ce point aux yeux, c'est bien que le problème vient de plus haut. Bon nombre d'entre eux devrait disparaître avec l'arrivée de Blanc mais pas tant que ça. Les arrogants comme Gallas et Anelka pourraient partir sans regrets pour le collectif. Govou ne devrait même pas avoir une sélection. Evra n'est pas cramé mais son étiquette usurpée de capitaine l'a remis à sa place de défenseur lambda. Je verrai bien Abidal reglisser un tant à gauche, à moins que Clichy puisse se montrer à la hauteur. Il faudra compter sur un Gourcuff relancé par "son" coach. Et c'est aux jeunes comme L.Diarra, Diaby, Nasri, Benzema et Ben Arfa, encadrés par Toulalan, Malouda et un Ribéry rasséréné qu'il reviendra de composer le jeu. il faudra aussi penser à Mexès pour la défense centrale. Lloris devra se faire respecter de ses défenseurs car on a vu hier qu'il osait à peine recadrer ses protecteurs aux abois. Le goal américain a montré cet après-midi qu'un portier doit parfois savoir aboyer contre les siens.

    Tittihand54, tu peux penser à faire tes pronos ici. Quant aux compétences de Blanc elles sont évidentes, et il serait déplacé de se contenter de penser que sa nomination est juste mieux que la présence de Domenech.

    Et désolé pour le cauchemar d'Eric.

    RépondreSupprimer
  5. Ce qu'il y a de bien avec l'équipe de France c'est qu'il y a toujours du spectacle sur le terrain...Le terrain des revendications bien sûr.... En sportif de haut niveau (sic!) c'est l'herbe verte d'une Afrique du Sud qu'il auront choisi pour exprimer leurs dernières volonté..Ashes to ashes..Sur l'écran de ma télé, tout au bout d'une caméra tremblante de lointain j'ai vu le joli bus de l'équipe de France avec son joli slogan "Tous ensemble pour un nouveau rêve bleu"..c'était beau ce bus tout rideaux tirés en bout de piste, c'était beau comme un septembre noir...Mais j'y pense tout d'un coup en voyant la pelouse de l'entrainement vide... y'a pas match mardi?

    RépondreSupprimer

Mon avis sportif :